Archives du mot-clé parti de gauche

L’opposition de gauche à Bercy

Après la marche du 1er décembre 2013 à Bercy , Francois DELAPIERRE explique sur la chaine Public Sénat ( le journal de 22h dans son intégralité ) , à deux incrédules , l’éditorialiste à Valeurs actuelles F d’Orcival et le chroniqueur économiste de la maison jean Louis Gombeaud, que le Parti de gauche n’obéit pas à la logique économique néolibérale ( que la France et l’Europe ont épousé sous la bannière de l’Allemagne)  et qu’il mobilise non pas contre l’impôt mais contre la politique fiscale  conservatrice d’une gauche au pouvoir alignée sur cette logique.

ICI l’intervention de François Delapierre sur Public Senat par lepartidegauche

La logique alternative est d’imposer un fiscalité plus juste , plus équitable pour le monde du travail qui pâtit en période de crise de l’absence de revenus réguliers due à la précarisation de l’emploi, et aux frasques de la haute finance, et subit la cupidité des riches qui ne payent pas leurs impôts . Avec  les Cahuzac en tous genres ( connus ou pas)  les représentants de la Gauche néolibérale actuellement au pouvoir n’ont de leçons à donner  à personne . Ils mènent une politique économique budgétaire et fiscale dans la continuité de la Droite, pour les privilégiés de la Finance ( investisseurs ou banquiers) dispensés, quant à eux, de payer la note salée de la crise et de leur mauvaise gestion . La mobilisation pour une révolution fiscale sous le portique de Bercy était ce WE le signe véritable de la manifestation d’une opposition de Gauche.  Les manifestants étaient venus en nombre prés de 100 000.  j’y étais : à titre de comparaison, c’est environ 4 fois le contenu en spectateurs des arênes de Nîmes que je connais bien .  Cela me paraît correct comme évaluation et le chiffre de 7000 manifestants avancé par l’ Intérieur  n’est pas fiable et participe un tantinet de la provocation .

Comme étaient provocateurs les barrages filtrants de CRS (à l’entrée de l’avenue qui permettait depuis le palais des sports de rejoindre à pieds la gare de LYON. ) J’y étais . Celui qui faisait office de chef, un jeune blanc bec, m’a stoppé en me demandant d’arracher un autocollant sur ma poitrine, signe que je venais de participer à la manifestation . Ah bon ! serait ce un danger  pour l’ordre public ou la sécurité publique de manifester contre l’augmentation de la TVA , que le Président Hollande élu par nous avait lui même promis de ne pas augmenter ? La manif n’a pas été interdite que je sache ? »Nous avons des consignes » s’exclama-t-il ? La théorie des bayonnettes intelligentes ( désobéir à un ordre illégal) restant par nature une théorie, je faisais disparaitre le signe de ma citoyenneté agissante et ravalais ma fierté pour prendre le train qui me ramenait  dans mes pénates provinciales. Une fois de retour j’ai pu lire l’article de Melenchon du 3 decembre 2013 intitulé  » Coup monté » . Il fait le point de la liste de vexations à l’encontre des marcheurs du 1 decembre ( instrumentalisation de l’interview par TF1, modification du parcours du cortège,nombre fantaisiste des participants défendu par les autorités, les barrages filtrants et non justifiés, les  flashes médiatiques pour brouiller l’évenement) J’ai réécouté dans le calme le discours de Mélenchon prononcé le 1er décembre 2013 à l’issue de la marche pour la Révolution fiscale et contre la hausse de la TVA Voir la vidéo.

Moralité : A tous ceux qui soutiennent une révolution citoyenne , ne soyez pas naïfs, comme le dit Mélenchon  » il faut s’attendre à l’outrage et à l’épreuve » de la part de tous ceux qui ne veulent pas d’un peuple agissant , mais d’un peuple anesthésié par la pauvreté ( et la résignation) mais aussi par le profit ( et la pensée dominante) .

Mise à jour 7/12/2013:

Mélenchon était interviewé par Itélé ce même 1er décembre ( vidéo ICI ) en duplex, avec en contrepoint des images diffusées par la chaine de TV . Il est remarquable de constater que cette diffusion commence par des images ( indice 1 à 25, puis 51 à53 ) de la manifestation de la veille contre le racisme  et se mélange ainsi aux images de la manifestation du 1er décembre qui était le sujet du jour. Pourquoi ce bidouillage?  Sur les images de 1 à 25 on voit une femme positionnée avec plusieurs autres personnes sur une estrade, elle pousse sans ménagement un homme en bas de la scène, au moment où la « voix off » du présentateur parle de la « descente de la scène ( seine) » de Jean-Luc Mélenchon. Trés drôle ? Non, un  très mauvais genre de télévision pour donner une mauvaise impression ( violence , désordre) d’un rassemblement populaire . Voilà la démocratie que l’on nous sert , en l’espèce une faute professionnelle journalistique étalée aux yeux de tous .Cette faute est dommageable au Parti de gauche co organisateur de la manifestation et mériterait un procès civil en dommages et intérêts fondé sur une présentation malhonnête de l’actualité .

J’ai saisi ce jour le Parti de Gauche pour qu’il lance une assignation contre la TV fautive  et réclame des dommages et interets au nom des citoyens qu’il représente pour le non respect des exigences d’une société démocratique en matière d’honneteté de l’information sur l’ actualité .

TOUS AU COMBAT

PG-51a84ebeb49d378950aac899dafb28da-1

«    NOUS  SOMMES SARKO-INCOMPATIBLES »

-       contre l’ultra-libéralisme européen de Sarkozy ennemi de la classe ouvrière et du monde du travail.

-       contre une présidence de la République française anti-républicaine aux valeurs affirmées de l’extrême droite.

«  NOUS SOMMES  POUR UNE  VI ième RÉPUBLIQUE

-       pour une redistribution des pouvoirs et des richesses

-       pour une république sociale, paritaire et écologique

REMUE MENINGES : Parti de Gauche membre du Front de Gauche Grenoble les 26,27,28 août 2011

1. Intégrale du point presse du candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon le samedi 27 août, au remue-méninges 2011 à Grenoble Conf de presse de Mélenchon, 27 août 2011, l’intégrale by jowe

2. FDG : Programme partagé pour freiner la spéculation financière

http://partidegauchegard-30.midiblogs.com/archive/2011/08/14/prgoramme-partage-des-propositions.html#more

3.Discours de cloture de JL Melenchon au remue méninges dimanche 28 août 2011 Grenoble



Jean-Luc Mélenchon discours au remue méninges… par PlaceauPeuple

Introduction au débat sur la laïcité.Révision de la loi de 1905 Proposition du Parti de Gauche avril 2011

laicite2[1]RAPPEL DES FONDAMENTAUX

La France est un Etat laïque, sa forme de gouvernement est la République . Toute  atteinte aux principes républicains de gouvernement dont la France s’est dotée  est contraire à la Constitution, la loi fondamentale de la société.

Article 16 de la Déclaration des Droits de l’Homme et de Citoyen de 1789 :( DDHC) « Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée n’a point de constitution »

La laïcité est le principe républicain de gouvernement selon les modalités duquel  la France assure  la protection de  la liberté de conscience, qui se décline en liberté de penser et de croire, en liberté d’opinion et de religion.

 L’Etat laïc respecte toutes les croyances sans discrimination ( Préambule de la Constitution ) mais la liberté religieuse, comme toute liberté, n’est pas absolue.

Article 4 de la DDHC : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui » et article 10 de la DDHC « nul ne doit être inquiété  pour ses opinions mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi » . Cela signifie que toute liberté s’exerce dans le cadre des lois qui la réglementent, au nom de l’ordre public et de l’intérêt général qui s’y attache, lequel est fondé sur de nécessaires exigences démocratiques. Bref « la République est une et indivisible »et c’est dans le cadre des lois de la république, des droits et des devoirs de chacun , que les libertés s’exercent.

L’Etat laïc ne professe aucune religion et n’en condamne aucune. C’est le principe de la séparation des Eglises et de l’Etat posé par la loi du 9 décembre 1905 qui dispose dans son article premier que « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées çi après dans l’interêt de l’ordre public »

Article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte(…) <sauf pour> les dépenses relatives à des exercices d’aumonerie, et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées , collèges, écoles, hospices, asiles et prisons (…)

 Article 27 : « Les cérémonies, processions et autres manifestations extérieures du culte sont réglées en conformité de l’article 97 du Code de l’administration des communale. Les sonneries des cloches seont réglées par arrété municipal, et en cas de désaccord entre le maire et l’ associations cultuelle, par arrêté préfectoral »

 Art 28 : « Il est interdit (…) d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices du culte , de terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires ainsi que des musées ou expositions . »

 Il serait réducteur de ne lire la loi de 1905 qu’à travers ces quelques articles qui fixent les principes directeurs du « divorce » entre les Eglises et l’Etat au sens où Jean Jaures ( qui a participé à sa rédaction) l’entendait : « La loi de séparation, c’est la marche délibérée de l’esprit vers la pleine lumière, la pleine science et la pleine raison »

De façon plus pragmatique, la loi de 1905 qui compte 44 articles divisés en 6 titres est une loi à vocation patrimoniale d’une redoutable technicité juridique : à l’époque il s’agissait de régler un transfert de biens sanctionnant le désengagement patrimonial de l’Etat vis vis des Eglises. L’Etat s’émancipe de la tutelle cléricale, il est l’Etat de tous et assure une liberté de croire et une liberté des cultes  authentique. Les Eglises de leur coté ne doivent plus compter sur la jouissance de privilèges publics sauf ceux qui découlent de la conservation du patrimoine historique de la France auquel l’Etat est tenu.

Aujourd’hui la France connaît un fait religieux nouveau : l’Islam est devenu la deuxième religion de France avec une grande diversité d’expressions. La pratique de l’Islam concerne une population de tradition  musulmane d’environ 5 millions d’habitants (un peu moins de 10% de la population française) d’origine essentiellement liée au Maghréb occidental mais aussi liée à l’Afrique noire ou  la Turquie.

Face aux pratiques religieuses issues de la tradition musulmane comme le port du voile islamique, la consommation de la viande hallal, l’éducation dans les écoles coraniques, les prêches des imams, les prières de rue, la construction des mosquées et des minarets,  le besoin s’est fait sentir dans la société française de réaffirmer  avec le principe républicain de la laïcité les exigences de vie commune minimales.  

Cela s’est caractérisé d’abord dans le domaine de l’enseignement. Une loi du 15 mars 2004 est venue encadrer, en application du principe de la laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics. La manifestation ostensible ou « ostentatoire » d’une appartenance religieuse par les élèves est interdite.

Ce premier rappel de la nécessaire conciliation entre  la liberté d’enseignement et la liberté religieuse fait suite aux propositions de la Commission Stasi ( du nom de son Président Bernard Stasi Médiateur de la République décédé depuis peu le 3 mai 2011) mise en place en 2003 par le Président de la République Jacques Chirac.

En 2006, une autre commission, présidée par Jean Pierre Machelon, Professeur de droit,  désigné par le Ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, rendait son rapport sur la question des relations des cultes avec les pouvoirs publics et une éventuelle réforme de la loi de 1905 : la commission était ainsi amenée  à « reconnaître »  le culte musulman et les difficultés rencontrées par les fidèles musulmans à pratiquer leur religion.

Dans ce contexte une nouvelle loi intervenait le 7 octobre 2010 qui interdisait la dissimulation du visage dans l’espace public, fait sanctionné d’une peine contraventionnelle  de deuxième classe ( taux normal 35 euros, maximum 150 euros)

Cette nouvelle législation s’est très largement inspirée de la décision rendue le 19 novembre 2004 par le du Conseil Constitutionnel ( DC n° 2004-505  § 18 ) appelé à statuer sur la conformité à la constitution du «  Traité établissant une Constitution pour l’ Europe » . Le conseil Constitutionnel rapprochait l’idée de laïcité à l’idée d’effectivité de la loi commune «  en interdisant à quiconque de se prévaloir de ses croyances religieuses pour s’affranchir des règles communes régissant les relations entre les collectivités territoriales et les particuliers »

 Comme le rappelait le Conseil d’Etat, dans une étude parue en 2004 dans la documentation française, la laïcité doit «  à tout le moins se décliner en trois principes : ceux de la neutralité de l’Etat, de la liberté religieuse, et du respect du pluralisme »

On peut donc en conclure que, tous les pratiquants d’une religion étant égaux devant la loi, rendre justice à cette égalité et au principe de non discrimination ne peut s’accompagner que d’une conscience des exigences de la citoyenneté, conscience  partagée par tous les cultes comme principe supérieur de la République.

Le débat sur la laïcité est donc ouvert : il m’apparait d’ores et déjà dangereux de confondre  la citoyenneté avec une « identité nationale »  rattachée à un « héritage religieux national » et à un passé historique religieux, celui du christianisme majoritaire en Europe . Un tel positionnement a pour effet de stigmatiser le fait religieux nouveau et minoritaire que constitue la pratique de l’Islam sur le territoire national et faciliter l’expression de thèses racistes et xénophobes en direction des pratiquants musulmans , telles celles véhiculées par l’extrême droite ou par la parole du ministre de l’Intérieur en fonction, lequel en charge des cultes s’exprimait le 17 mars 2011 sur Europe 1   en ces termes  » Les français à force d’immigration incontrôlée ont parfois le sentiment de n’être plus chez eux « 

Il serait tout aussi imprudent , dans le cadre d’une révision de la loi de 1905, de manifester un anticléricalisme radical qui ne tienne pas compte des situations acquises au risque de raviver dans la population des réflexes d’incompréhension contraire au principe de laïcité conçu depuis l’origine comme une solution à l’exercice apaisée de la liberté religieuse.

 MISE A JOUR

 Article sur  le blog  club-jade   » les tenants d’une laïcité ferme pris en otage par l’extrême droite  » communiqué par Fultrix 

Mélenchon: "Ecoutez moi, les gens! Constituons le peuple"

Ecoutez le discours de clôture prononcé par Jean Luc Mélenchon, lors du congrès du Parti de gauche qui s’est tenu au Mans les 19, 20 et 21 novembre 2010. Méluche , comme ses intimes le surnomment, ne se présente plus tout seul à la tête du Parti. Le congrés a voté une  co-présidence paritaire  et désigné ses premiers représentants avec Martine BILLARD de la Gauche ÉCOLOGIQUE et JL MELENCHON.

Bravo pour cet alliage serti de rouge et de vert, c’est dur comme du diamant et c’est de bonne augure.

Au delà des opinions politiques de chacun, le discours de JL MELENCHON au retentissement jaurèssien, est celui d’un honnête homme, d’un homme de gauche, d’un homme de coeur  qui exhorte les autres partis à ouvrir le débat sur les enjeux politiques de la société de demain dans le cadre de la  patrie laïque et républicaine qui est la nôtre c’est à dire dans le cadre des rendez vous incontournables avec le suffrage universel. Que chacun argumente sa position et démontre l’erreur de l’autre , sans tomber dans l’incantation vide et le bêtisier simpliste du dogmatisme, le peuple tranchera . A cette condition …à tort ou à raison … MELENCHON  sera le premier à s’y soumettre .

Mélenchon cite Jaurés : « la souveraineté politique du peuple est la condition ABSOLUE  de son émancipation sociale « 

Il rappelle qu’il est  » puéril , qu’il est enfantin de croire qu’on peut enjamber les rendez vous du suffrage universel «  :  il invite à l’action pour les prochaines cantonales qu’il a bien l’intention de politiser sans attendre le rendez vous des présidentielles .

Son  discours est un discours truffé de réponses pour qui s’interesse au débat démocratique , mais surtout l’entame de ce discours recadre l’intentionalité de gauche qu’il représente, qu’il revendique, qu’il anime , qu’il proclame et affirme : s’adressant aux congressistes et aux médias présents , il nous livre le sens de l’engagement politique de gauche qui est le sien et de tous ceux qui le suivent :

 » Nous sommes des êtres humains , non pas des robots , non pas des pions, nous sommes des hommes et des femmes qui donnons du temps, de l’énergie, du coeur à la tâche, et qui dans cet acte même, non seulement nous transformons notre patrie républicaine mais nous nous transformons nous mêmes . Car l’altruisme, le souci des autres, qui fait un programme politique de gauche, commence dans le coeur de la personne de gauche , et à mesure qu’il ( elle ) mène sa lutte, lui ( elle) même se transforme de l’intérieur et devient une personne meilleure. On est meilleur quand on lutte pour les autres, on est moins bon quand on lutte que pour soi. C’est la grande leçon philosophique du républicanisme … socialiste … que nous portons . »

Parmi tous ceux, de droite ou de gauche, qui prônent, dans leur discours, l’humanisme comme toile de fond à leur action politique ( ou fond de commerce pour certains !),  Mélenchon est  le seul à relever le gang ( NB à la relecture je m’aperçois que sous mon clavier le « gant » est devenu le « gang » , oui, bon ! je laisse ) du néolibéralisme ambiant qui a mené les peuples à la faillite et à l’austérité. Sa réponse c’est la définanciarisation de l’économie mondialisée dont la crise actuelle nous a montré les effets destructeurs sur la vie réelle, et la relation des gens avec leur milieu naturel. Sa réponse c’est la désaliénation de l’emprise du marché qui conduit au statu quo de ceux qui profitent et de ceux qui subissent . Sa réponse c’est la révolution citoyenne , un peuple qui se lève pour prendre en charge son futur , et pour substituer à  la spéculation de l’interêt privé sur les places boursières au profit de quelques uns ,  la spéculation de l’interêt général sur le terrain d’une   justice pour tous , et d’ une démocratie pour  chacun. Qui ose le dire, comme lui,  en période pré-électorale au risque de voir les forces de l’argent ( o combien déterminantes dans l’envoûtement des personnes au schéma matérialiste de la société de consommation) se dresser contre lui ? Jean Luc Melenchon fait déjà la différence et soyons en sûrs demain il sera traité de bouffon, d’irresponsable,  de fauteur de troubles,  alors il conviendra de se souvenir de ce discours prononcé alors qu’il jouit encore d’une paix relative pour s’exprimer .

Un discours proche de celui de Stéphane HESSEL  qui crie du haut de ses 93 ans et de son expérience des déflagrations humaines ,  » Indignez vous » (petit opuscule publié aux éditions indigènes 3 euros). Indignez vous de la remise en cause des conquêtes sociales ( retraite, Sécurité sociale,..) jadis défendues pour le bien de la justice et de la paix et aujourd’hui bradées par la dictature des marchés financiers sous couvert soi-disant de la lutte contre la pauvreté : une pauvreté qui n’a jamais été aussi criante en ce début du XXI siècle malgré le progrès des richesses. Les raisons de s’indigner existent dans le monde complexe que nous habitons, mais la pire reste l’indifférence .
JL Melenchon, aprés son discours du Mans ne nous laisse plus indifférents

Un discours proche de celui de Stéphane HESSEL qui crie du haut de ses 93 ans et de son expérience des déflagrations humaines, et de grand résistant aux dictatures totalitaires  » Indignez vous » (petit opuscule publié aux éditions indigènes 3 euros). Indignez vous de la remise en cause des conquêtes sociales  (retraite, Sécurité sociale,santé, éducation..) jadis défendues pour le bien de la justice et de la paix et aujourd’hui bradées par la dictature des marchés financiers sous couvert soi-disant de la lutte contre la pauvreté : une pauvreté qui n’a jamais été aussi criante en ce début du XXI siècle malgré le progrès des richesses.

Les raisons de s’indigner existent dans le monde complexe que nous habitons, mais la pire reste celle de l’indifférence . Le  discours du Mans de JL MELENCHON a aussi le mérite de nous en extraire .

VIDÉO du Discours de Jean-Luc Mélenchon au Congrès du PG