Archives du mot-clé ONU

Le régime de Kadhafi, c'est pas joly joly

L’ex-juge Eva Joly est 100 % pour un droit international humanitaire, protecteur des populations civiles.   Cette candidate  écologiste soutenu par EE-LV à la présidentielle de 2012 qui préconise la suppression du défilé militaire du 14 juillet par trop guerrier selon son goût pour le remplacer par une manifestation citoyenne plus civile, tenait en juin des propos va-t-en-guerre à propos de la Libye. Vous verrez dans la vidéo qui suit, sa franche prise de position en faveur de l’intervention militaire en Libye et au besoin pour l’envoi de troupes au sol. C’est une femme de pouvoir , lorsque on décide d’une guerre autant la gagner et sans etat d’âme.  Surprenant pour qui fait profession de l’écologie politique qui exclut de son champ de vision la guerre et ses avatars, je vois que ce n’est pas le cas, décidément je suis  un incurable utopiste

LE REGIME DE KADHAFI, cent pur sang contre

Eva Joly du 14 juillet à la Libye par ER_Paysdelaloire

Lors de billets précédents ( * voir in fine) j’ai pu revenir sur la position de JL Melenchon concernant l’affaire Libyenne . IL s’agissait pour lui  d’examiner la révolte des libyens contre le régime de Kadhafi  dans le contexte plus général des révolutions arabes celle de Tunisie celle d’Egypte qui ont vu la contestation emporter leurs dirigeants en quelques semaines. Laisser Kadhafi massacrer les opposants à son régime ET ne rien faire aurait affaibli le processus révolutionnaire engagé dans le monde arabe. KADHAFI devenait figure de prou de la contre révolution arabe.

Cet argument qui avait été retenu pour justifier l’entrée en guerre disparaissait lors du scrutin public à l’Assemblée nationale 12 juillet 2011 sur la déclaration du gouvernement sur l’inetrvention des forces armées en Libye pour la mise en oeuvre de la resolution 1973 du conseil de securité .

Le parti de gauche et les communistes ont voté contre en rapport avec le rôle de l’OTAN joué depuis lors.   L’OTAN tournerait -elle le dos à sa mission ?

L’intervention en Libye serait-elle devenue une agression impérialiste, une de plus disent certains. D’autres au vu de la tournure des évènements s’interrogent ,les insurgés libyens sont-ils representatifs d’une contestation populaire ou d’une guerre de clans.

Il y aurait d’un coté le discours officiel et les mensonges de sa propagande dispensés par les grands médias sur la légitimité de l’intervention étrangère , de l’autre coté la tendance inverse alimentée par une habile propagande sur le net .

Par exemple, selon le discours officiel, l’intervention en Libye dite  » exclusion aerienne »  a été décidée par la communauté internationale ( à laquelle appartient la Libye) pour stopper en mars 2011 une attaque armée contre Benghazi menée par les soldats et les forces loyalistes de Kadhafi . Selon le droit international, l’agresseur est Kadhafi qui a retourné ses armes contre sa population . En effet on prête au Guide libyen la volonté de supprimer les opposants insurgés . D’ailleurs il préfère annoncer un bain de sang plutôt qu’un bain de réformes. Est ce que cette évaluation de la situation par les Etats de la Communauté internationale est erronée ? La ligue arabe n’a-t-elle pas condamné la répression sanguinaire du colonel Kadhafi ? Les populations civiles libyennes n’étaient-elles pas en danger avant l’intervention des forces agissant sous mandat de l’Onu ? Faut-il remettre en question les principes d’ action adoptés par la communauté internationale elle même : à savoir intervenir en protection des populations civiles ? Faut-il laisser aller à vau- l’eau les exactions contre les peuples   par leurs dirigeants ? Le droit à l ‘insurrection des peuples n’aurait-il aucune portée effective dans le concert des Nations ? Ce n’est pas rien.

Par exemple, selon le Procureur de  la Cour pénale internationale, Khadhafi a commis des crimes contre l’humanité et les soupçons ont justifié de lancer contre lui un mandat d’arrêt ( ce qui signifie qu’aprés enquête les soupçons sont sérieux). On apprend plus tard , selon ce même procureur que les viols seraient utilisés comme arme de guerre par Kadhafi. Il existerait des elements de preuve établissant que la Libye a acheté une grande quantité de Viagra pour être distribué aux soldats,  incités par les autorités libyennes à commettre des viols sur les femmes. Le procureur a douté de cette information mais le nombre de victimes de viols dans certaines régions ,rapporté par ses enquêteurs, a contribué à prendre cette hypothèse au sérieux . S’agit-il là aussi d’une mauvaise appréciation du procureur en poste ou bien s’agit -il de remettre en question le fonctionnement de la Cour pénale internationale dans sa recherche de la vérité des faits , donc remettre en cause sa  crédibilité ? Ce n’est pas rien

L’intervention en Libye pose toutes ces questions et bien d’autres Est ce que les médias servent une propagande mensongère à l’appui du discours officiel ? De quelles preuves disposons nous pour l’affirmer ? Et de façon plus générale la guerre juste relève -t-elle d’une argutie imbécile ? Qui définit ce qui est juste?

Le débat sur  l’intervention en Libye commande la plus grande prudence. Chacun comprendra donc aisément qu’il est essentiel de vérifier ses sources d’information . Mais surtout il est nécessaire lorsque le choix des armes parait s’imposer, de mettre en balance les différents explications offertes de la marche du monde,comme c’est le cas au Moyen Orient . Faut-il entrer dans la complexité des relations internationales où les sources de mystification, de désinformation redoublent d’éfficacité lorsqu’on déclare la  guerre ou pas.

Au final j’aurai tendance avant toute engagement  militaire à chercher à savoir qui arme qui et au profit de qui ? Puisque la France  a armé Kadhafi, elle n’est pas  la mieux placée pour agir et prendre la tête d’une coalition contre lui . Le commerce des armes n’est pas interdit à condition que les armes n’aille pas entre les mains d’un futur adversaire .

Pour éviter toute polémique je suis pour la suppression du commerce des armes, ainsi l’ONU evitera-t-elle  toute suspicion en cas d’intervention militaire aux fins de protection des populations civiles victimes de potentats criminels.C’est de l’écologie politique au plan international et j’en reviens à mon point de départ quelque peu critique à l’égard d’Eva Joly

(*) Mon postdemocrate du 13/07/2011 Fête du 14 juillet 2011 : La France est en guerre

Mon postdemocrate du 07/082011/2011 La guerre contre le colonel Kadhafi n’est pas finie

La guerre contre le colonel Kadhafi n'est pas finie

7672763117_le-porte-avion-francais-charles-de-gaulleDans un billet intitulé « A propos de la Libye et de l’ONU »paru le 30 mars 2011 sur son nouveau blog ( député européen )JL Mélenchon développe les raisons qui l’ont amené à voter  au Parlement européen pour une intervention en Libye dans le cadre d’une résolution du conseil de sécurité de l’ONU visant à protéger les populations civiles  mais interdisant néanmoins toute invasion terrestre . Il avait déjà eu l’occasion de le faire dans les médias ICI ou LA à l’occasion d’un débat citoyen Trois mois plus tard, devant la chambre des députés appelée le 12 juillet 2011 à voter les crédits militaires, le Parti de Gauche se désengage de ce qui ressemble à une guerre civile entre des rebelles et les forces loyalistes acquises au régime de Kadhafi .

1533762_3_f328_selon-alain-juppe-la-mediation-de-l-unionA l’occasion de la fête nationale du 14 juillet et de ses traditionnels flonflons  militaires , j’ai publié un article dans Monpostdemocrate pour rappeler ( au cas où on l’aurait oublié ) pour rappeler donc que  la France était en guerre contre le colonel Kadhafi  en faisant une allusion à peine voilée  à l’origine ( française) des armes acquises par Kadhafi (ce  thème été repris par Sarkofrance le 1/08/2011 sous le titre « quand Sarkozy cherchait des sous chez Kadhafi et a fait l’objet le 27 juillet d’un communiqué du Parti de gauche réclamant une enquête parlementaire sur l’affaire Takieddine du nom du marchand d’armes ) … armes que Kadhafi n’a pas hésité à retourner, semble-t-il, contre son peuple pour mater l’insurrection.

Souvenons nous qu’ après avoir été reçu en grandes pompes à Paris en 2007, le colonel Kadhafi  passe aujourd’hui aux yeux de la diplomatie française pour « un dictateur fou » : selon M Juppé , Ministre des affaires étrangères « On ne peut pas se maintenir au pouvoir lorsqu’on a fait des milliers de victimes parmi son propre peuple » « Kadhafi doit quitter le pouvoir « ( voir sur RTL du 14/05/2011 Libye: pour Alain Juppé Kadhafi est fini)

Je suis revenu  sur le positionnement du Parti de Gauche à propos  cette situation .

Voici mon commentaire  à propos de l’ accord donné à l’intervention militaire en Libye par JL Mélenchon et les justifications qu’il en donne sur  son nouveau blog ICI , lui qui s’était opposé aux interventions occidentales au Kosovo, en Irak et en Afghanistan.

Je cite JL Mélenchon « Je vote, et je voterai toujours d’après ce que je crois juste personnellement et que je suis ensuite capable d’expliquer, de faire vivre et de rendre compte. Dans ce cas mon vote est conforme à l’avis de tous ceux qui ont été consultés à deux exceptions près, dans mon parti. »

Je réagis sur son blog en ces termes

 » Je n’en doute pas un seul instant : vous expliquez de façon tout à fait défendable au mois de mars 2011 que vous vous vous êtes rangé du coté de « l’ordre légal porté par l’ONU «  qui prône une intervention en Libye limitée à « l’exclusion aerienne «  pour la protection des civils. Vous saviez à cette époque que ces civils s’insurgeaient contre la violence politique d’un dictateur sanguinaire qui gouverne depuis 40 ans sans constitution. Qui plus est, ce même dictateur prônait la contre révolution arabe en soutenant, au moment des manifestations populaires du début de l’année, les régimes en place tel celui de Ben Ali et en menaçant les puissances occidentales de tous les malheurs en cas d’intervention. Avec un tel énergumène ( et je ne parle même pas de sa réputation vérifiée d’aider le terrorisme international) une intervention en Libye n’était pas évidente en termes de risques, surtout que la France était montée au créneau, comme on dit, et que le gouvernement actuel plaçait le pays en première ligne d’un front anti Khadafi et d’une guerre prévisible contre  lui.

Il a fallu à peine trois mois pour s’en rendre compte , et en face Khadafi n’a compris que ce qu’il voulait comprendre c’est à dire que des puissances étrangères voulaient le chasser du pouvoir : avait-il tort de le croire ? Quoiqu’il en soit, il annonce une guerre absolue et sur ce, la France vote un budget de guerre éclair. A ce moment là, le Parti de Gauche vote non et reprend ses billes en se réfugiant derrière la résolution de l’ONU au motif que les choses ont tourné au vinaigre et que le strict cadre légal de la résolution onusienne 1973 est dépassé. En effet, notre ministre des affaires étrangères expliquant des livraisons d’armes légères ne cache plus la trajectoire réelle de l’intervention française en Libye. Sous le couvert des Nations unis, et de la protection de civils libyens insurgés dont la France a reconnu la première la légitimité en recevant leur délégation à Paris, la France est intervenue à coté de ceux dont la volonté était de renverser le colonel Mouammar Kadhafi, devenu assassin d’une partie de sa population celle qui a le courage de ses opinions.

Fallait-il se désengager au moment du vote en France du budget de l’armée  ? Je pose la question.

Quoiqu’il en soit , le problème du sacrifice d’une population libyenne qui s’insurge sous le joug d’un sanguinaire reste toujours le même, un second sacrifice prévisible s’y ajoute aujourd’hui , celui de la nation française dont les représentants (de droite) ont choisi d’être en première ligne sur le front de la guerre civile contre Kadhafi. C’est cet aspect de la question qui n’a pas été suffisamment approfondi me semble-t-il, la posture guerrière de notre Président servie par la juste cause qui a donné l’illusion que la France avait les moyens de sa politique. »

Voir Libé du 22/03/2011 il n’existe pas de guerre juste ou pour ou contre l’intervention en Libye

En conclusion

Jean Luc Mélenchon, qui, par le passé, a condamné les interventions occidentales au Kosovo, en Irak et en Afghanistan.a rendu encore plus symbolique son accord à une ‘intervention militaire en  Libye en mars 2011. Revenir sur cet accord en juillet 2011 lors du vote du budget des crédits militaires ressemble fort à une pirouette, alors même que le conseil de sécurité n’a pas mis fin à son mandat  L’ONU n’est pas revenu sur le principe de l’intervention en Libye : qu’est ce qui justifie que le Parti de Gauche, partisan de l’ordre international porté par l’ONU, s’en désengage ? Paraîtrait que la résolution 1973 serait dépassée ! Que dit le texte ? Point n’est besoin de faire une exégèse compliquée . Le mandat onusien autorise une intervention militaire limitée au contrôle de l’espace aérien et aux nécessités de sa mise en oeuvre et interdit  » le déploiement d’une force d’occupation étrangère, sous quelque forme que ce soit » donc tout serait envisageable pour la protection des populations civiles sauf  l’invasion terrestre . Or cela n’est pas encore arrivé en Libye .

Le « machine arrière toute  » du parti de Gauche alors même que les opérations d’intervention n’ont fait que commencer  n’augure pas d’une cohérence à toute épreuve . Il faut dire que  de son coté , les tergiversations de la diplomatie française, n’ont pas meilleure allure : chasser Kadhafi de son pays  ou l’y maintenir après l’avoir évincer du pouvoir. Dans ces conditions , quelle autorité, quelle crédibilité  accorde-t-on  à la justice pénale internationale qui vient de lancer le 27/06/2011 un mandat d’arrêt contre Mouammar Kadhafi du chef de « crimes contre l’humanité » ?

unlogo_blue_sml_frPour conclure, une fois décider le principe de l’intervention militaire en Libye dans le cadre d’un mandat de l’ONU , se désengager n’est pas cohérent tant que l’ONU n’a pas retiré son  mandat d’intervention et même si on s’autorise à spéculer sur un possible bourbier libyen, le langage légitime de la force institutionnelle internationale, autrement dit la puissance publique de l’ONU mise au service des principes humanitaires,   mérite de continuer à être  soutenue.

(*) Mise à jour 10/08/2011 : voir communiqué en date du 27/07/2011 du Parti de Gauche qui s’interroge sur les armes et matériels militaires vendus à la Libye par la France via Takieddine ICI : « affaire Takieddine: le Parti de Gauche demande la création d’une commission d’enquête parlementaire »

Fête du 14 juillet 2011 : La France est en guerre

6455pLa France est en guerre contre le colonel Khadafi : les états majors sont au taquet . La France n’a pas les moyens de sa politique , par mesure d’économie on envisagerait de supprimer les défilés du 14 juillet cette année . On verra demain.

je reviendrai sur le sujet et sur le positionnement de Mélenchon qui trouve que « tout cela ne mène nulle part » OK mais  il faudra qu’il m’explique comment , en votant au parlement européen l’intervention militaire dite « exclusion aérienne » sur le territoire libyen , il pouvait ne pas se douter qu’on allait avoir affaire à un guerrier sanguinaire qui allait nous entrainer dans la spirale des actes de guerre, cette spirale étant  le propre de tout conflit armé dans les airs ou sur terre, avec des armements sophistiqués ou de simples machettes.

Comment aujourd’hui une fois les opérations lancées sous le mandat de l’ONU défini dans le cadre de la protection des populations civiles et de la résolution 1973 votée par la communauté internationale, on s’étonne de  se retrouver en guerre , alors que la France a été la première à donner une légitimité aux rebelles du régime du colonel Khadafi, et que le départ de Khadafi du pouvoir qu’il exerçe dans son pays depuis prés de 40 ans sans la moindre Constitution, ne pouvait pas ne pas être une trajectoire réelle avec tous les dangers qu’elle comportait. Le fond d’émerveillement naïf face aux  révolutions arabes et au réveil des peuples, bombant le torse face aux dictateurs, n’a t-il pas été un leurre , notamment face à Khadafi qui prônait partout la contre révolution arabe et qui menaçait les puissances occidentales de tous les malheurs si elles intervenaient ?  Si la guerre en Libye devient un bourbier, elle le sera pour notre pays tout entier et non pas seulement pour le va-t-en guerre qui nous gouverne, et son philosophe-reporter-espion de service  qui ont placé la France en première ligne sur le front anti Khadafi .

Dire que tout ça n’a pas de sens , …je n’en suis pas si sûr. Et d’abord qui a vendu des armes à Khadafi , qu’il retourne maintenant contre son peuple ?