Archives du mot-clé mondialisation

AL GORE tête de liste de la lutte contre le réchauffement climatique !

24BOOK-superJumboParmi ceux qui soutiennent la thèse d’un environnement impacté par un réchauffement climatique lié aux activités humaines, il y a Al Gore. On sait que parmi les scientifiques l’évolution climatique fait polémique au sens que la climatologie est une discipline complexe ,une façon de dire  qu’on ne connait ou comprend pas tout comme me le soulignait un ami biologiste . Al Gore, lui, est un homme politique, ancien vice président démocrate des Etats Unis sous l’ère Bill Clinton 1993-2001, il est devenu en 2007 prix Nobel de la paix, un prix qui récompensait son engagement en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique : il est le créateur du film documentaire « La vérité qui dérange » (sorti en 2006) grâce auquel son engagement s’est popularisé. Aujourd’hui c’est un homme d’affaires qui a décidé de rester optimiste même s’il considère avec des termes volontairement partisan, « que l’ atmosphère est devenu un égout à ciel ouvert ». Il publie un nouveau livre intitulé « Le futur : six éléments moteurs du changement global . » ( ed. La Martinière) ( c’est ma traduction, pas celle de l’éditeur qui titre « 6 logiciels pour changer le monde » 

Interrogé par un journaliste du Monde ( Corinne Lesnes LM 12/09/2013) il avance des chiffres : selon lui, les émissions polluantes liées aux activités humaines sur la planète sont de l’ordre de 90 millions de tonnes aujourd’hui ( le mode de calcul n’est pas explicité) quantité qui représenterait un supplément d’énergie calorifique à l’origine d’ évènements météorologiques plus extrêmes, du type sécheresses ou ouragans plus intenses. (ce lien n’est  que vraisemblable, et il n’explique pas tout . Pour exemple aux Etats Unis, on cite l’ouragan Sandy à New York et sur la cote Est, les incendies dans l’Ouest américain, les inondations dans des régions qui n’en avaient jamais connu comme la Californie (*)

(*)l’actualité nous apprend que le Colorado vient d’en être victime également.

Aujourd’hui si le réchauffement climatique de la planète est admis scientifiquement,  selon les études on constate qu »avec l’entrée des pays émergents dans la croissance productiviste, le boum des gaz carboniques émis présente des pics et une ascension c’est à dire une courbe  évolutive sans corrélation avec le réchauffement de la planète qui marque une pause depuis une quinzaine d’années .) 

Selon Al Gore, la multiplication des évènements climatiques extrêmes  pousserait à agir, et toujours selon lui, « les conditions d’une transformation révolutionnaire de l’énergie mondiale sont en place. » La dynamique en faveur des investissements dans le solaire ou le vent (après une période de crise et de faillite des entreprises solaires et éoliennes en 2009 ) serait repartie, car d’une manière générale on peut considérer que les énergies fossiles coutent plus cher en termes d’impact environnemental ( on comprend mal alors le boum du gaz et du pétrole de schiste orchestré par l’économie américaine ) alors que le prix des énergies renouvelables connaîtrait une tendance à la baisse grâce au progrès technologiques.( en France on est loin du compte car c’est l’énergie nucléaire qui prime au détriment des énergies  solaires ou éoliennes quant à la production de l’énergie électrique )

Si Al Gore confie, à l’issue de l’entretien, qu’il est « un homme politique en convalescence » (il recharge ses batteries ,comme on dit , dans quels buts ? autre question.) mais nul ne doute qu’à la tête de sa société d’investissements « Génération Investment Management » il est devenu un acteur économique actif et de premier plan à l’aune d’une nouvelle croissance   ( la dite la croissance verte ! ) : il se rapprocherait  de l’économiste  Roland Olbrich qui milite pour une notion de la croissance prenant en compte certains aspects du bien être humain. On ne sort pas du capitalisme …un capitalisme futuriste algorien .

Pour conclure Al Gore ne plaide pas contre la loi du marché : il estime cependant qu’une « course contre la montre » est engagée vis à vis des enjeux écologiques ( de quoi donner la trouille, c’est bon pour sidérer les esprits !). Au vu de son parcours, on peut classer Al Gore  parmi ceux qui estiment que le capitalisme libéral qui a conduit à la récession,  à la crise sociale  et écologique,  à la  suprématie de l’intérêt bancaire , à la mondialisation financière et ses dérives ( contre l’intérêt des peuples) peut changer de logiciels , il veut en fournir la démonstration dans sa dernière publication sur »« le  Futur ». Y parvient -il ? A vous de juger .

A surveiller la parution pour le 27 septembre 2013 du dernier rapport du GIEC (  Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat ) organe d’inspiration onusienne , co lauréat avec Al Gore du prix Nobel de la Paix en 2007.

Le  physicien François Gervais qui vient de publier un ouvrage sous le titre « L’innocence du carbone «  remet en question ( ou dans la question) l’effet de serre tant décrié par ailleurs , en affirmant qu’ » en matière de réchauffement climatique on a pris une conséquence pour une cause » ( l’écouter dans l’émission de Calvi sur RTL ICI )

Alain SUPIOT du Collège de France

13 Mars 2013 Entretien avec Alain Supiot : La crise actuelle est d’abord une crise des institutions