Archives du mot-clé Liêm Hoang Ngoc

La stratégie plan A plan B pour changer l’Europe ( LM 20180825)

Liêm Hoang Ngoc, économiste , a participé au chiffrage du programme économique du candidat Mélenchon lors des présidentielles . Il s’interroge , dans un article publié dans le journal LM 20180825, sur la stratégie plan A plan B pour changer l’Europe  : « le discours planA, planB , ecrit-il , n’est-il qu’une posture éléctoraliste ? »et il reproche au leader de la FI  « la comédie du plan B ». Que faut-il en penser?

On se souvient qu’aucune tentative d’évaluation d’une sortie de l’Euro n’a été mise en avant lors des présidentielles . Cependant ce plan B, aujourd’hui comme hier, devrait servir à faire  office de menace suffisamment crédible pour obliger les partenaires européens ( l’Allemagne tout particulièrement )à accepter un plan A ( inconcevable pour l’Allemagne, comme le sortir des traités actuels sur la politique d’austérité), le tout soumis à une hypothétique  prise de pouvoir en France par la FI et JL Mélenchon .Le plan B est par conséquent inclus dans le plan A lui même supposant une ligne majoritaire sur une option anti-capitaliste victorieuse en France. 

Le programme de la FI est incompatible avec les traités européens , dit Mélenchon . Lesquels ? Certains autres Etats membres seront-ils  prêts à suivre la France si notre pays était obligé de désobeir aux traités. Lesquels ? Qui est prêt à tourner le dos à l’Allemagne pour les beaux yeux de la France?

L’idée d’une sortie de  l’euro voire de l’Union Européenne est indissociable, pour les français, d’un bras de fer avec l’Allemagne et se heurte à une « real politique » concernant la construction européenne à savoir: c’est le couple franco-allemand qui est aux manettes de l’ Europe. On conçoit mal une guerre diplomatique ouverte entre la France et l’Allemagne. En tous cas , les peuples n’en veulent pas. La source vitale de l’Union Européenne réside dans la réconciliation historique de nos  deux nations. Dans un contexte économique  où l’Allemagne exerce de fait une hégémonie en Europe, la polémique sur la refondation de l’Europe risque de tourner autour de la question de savoir si cette situation est satisfaisante au regard de la nécessaire concorde recherchée entre les peuples européens. La montée des mouvements nationalistes devrait nous inquiéter comme symptôme d’une intolérance  de plus en plus affichée aux préceptes de vie commune proclamés par la charte européennes des droits fondamentaux, lancée en 1999 qui n’ a pu voir le jour un an plus tard, que grâce à la volonté convergente de l’Allemagne et de la France. Hélas personne ne semble vouloir se préoccuper de ce plan C

C’est là que le bât  blesse, aucune caisse de résonance en Europe pour rappeler cette Charte de valeurs européennes qui définit le « juste européen » . Tout se passe comme si cette feuille de route  n’avait pas besoin du consensus qui le cimente moralement et juridiquement, à l’interne comme à l’externe. Une comédie , celle du plan C ?

Que dire,en effet, des Etats membres qui voudraient s’y soustraire à la faveur des événements politiques ? Que penser des instances européennes qui voudraient  contourner ses propres valeurs ? Et qu’attendre  enfin du modèle économique et financier dont  l’Europe se sert suivant les canons de la mondialisation, qui démontre chaque jour davantage son coté allergique aux contraintes environnementales et sociales , et à la vision européenne d’un « développement équilibré et durable » comme le défend la Charte européenne des droits fondamentaux dans son préambule .A-t-on bien pris la mesure de cette longue tradition qui consiste pour les sociétés humaines à écrire des codes, des conventions , des chartes sur les droits fondamentaux humains et à les faire appliquer ?

L’ambition de gouverner est un carburant utile à tout mouvement politique , et la France Insoumise n’y échappe pas mais l’ambition de gouverner les puissances de l’argent est une illusion. La réal politique consisterait davantage  à constituer un peuple en rempart démocratique, un mur de résistances autour de valeurs communes, de biens communs sur lequel se fracasserait les tsunami financiers de la cupidité. On en est capable . Cela passe par une détermination populaire inébranlable sur le vivre ensemble. La charte européenne des droits fondamentaux en fixe le cap sur le continent européen , ne serait-ce qu’une comédie là aussi ?

Une chose est certaine , le vivre ensemble exclut la soumission .