Archives du mot-clé etats unis et europe

L'indignation monte: l'humain d'abord pas la finance

Capture_decran_2011-09-17_a_21.07.14_0Le mouvement des indignés se fait entendre dans les capitales du monde entier . La journée mondiale des « indignés » a rassemblé le 16 octobre 2011 des dizaines de milliers de personnes dans quelqueS 951 villes et à travers plus de 80 pays, de Sydney  à Madrid en passant par Rome Tokyo,Paris et New York

SOURCE ACTU

16 octobre 2011  journée planétaire des indignés et grande victoire pour les indignés malgré quelques accrochages à Rome , New York , Barcelone

Répression policière des indignés à Barcelone   16 octobre 2011   Vidéo ICI

COMMENTAIRES

Avec le slogan  » people not profits « les indignés de New York au pays de l’Oncle Sam (qui n’ a pas le moral) renvoient la cupidité là où elle se trouve, à Wall street . C’est déjà pas mal , à suivre ….sur le blog de l’info alternative = Alterinfo.net .

Le Parti de gauche a salué cette journée mondiale de l’indignation  par un communiqué ICI , il avait mis en circulation un tract intitulé  » l’humain  d’abord pas la finance » ( Tract_LHumain_dabordqui résume la même ligne d’indignation qui se fait jour aujourd’hui à l’échelon planétaire à savoir l’illégitimité crapuleuse du monde des affaires lorsqu’il fonctionne au seul profit d’une finance déconnectée de l’économie réelle.

VIDEO

L’art aussi s’invite au débat et va chercher  l’indignation derrière le miroir d’Alice (Alice du «  pays des merveilles »). La macroéconomie est une chose , l’art en est une autre . Voyez  Lejournaldepersonne qui vit l’information en scénarii à sa manière plus intimiste et qui interroge l’individuel « Je ne sais pas pourquoi, ça ne va pas . » Perspective ontologique ou politique ? Pour les indignés la réponse est dans la rue , pour l’artiste la réponse est dans Revolta ( vidéo çidessous)  » Indigne toi ! Arrache toi bordel! »

Transcription

A: Oui à l’indignation et après ?
B : On s’indigne d’abord et on voit après
A : si ç se trouve y a pas d’après
B : s’il y a un avant, il y a un après
A: je n’ai pas cette impression
B: tu as l’impression qu’on tourne en rond ?
A: Non, l’impression qu’il ne peut pas en être autrement
B: tu veux dire que tout est pour le mieux ?
A: oui dans le pire des mondes possibles
B: Quoi qu’on fasse c’est fichu, c’est ça ?
A: le temps de vous en apercevoir, vous ne serez plus là
B: dans ce cas, nous irons au-delà de nos rêves
A: il n’y a pas d’au-delà… tout est ici-bas
B: Apocalypse du désir… on dirait ?
A: oui… personne n’échappera au désastre
B: si, moi, ceux que j’aime et ceux qui aiment ceux que j’aime
A: mais le chaos a pris le dessus… le Dieu du désordre
B: raison de plus de tout détruire, puis tout reconstruire
A: légende d’un scorpion qui ne peut rien construire sans se détruire
B: l’indignation c’est le refus de toute condition indigne
A: vous crachez dans la soupe que vous vous servez à vous-mêmes
B: je ne vois pas où est le problème ?
A: ni l’esprit, ni la matière… c’est toute la condition humaine
B: je ne suis pas sûre d’avoir saisi
A: l’homme est indigne de l’homme… rien à saisir!
B: tu veux dire que c’est sans issue ?
A: je veux dire que ça n’a rien de politique… c’est ontologique
B: ontologique… ça ne veut rien dire
A: que c’est l’être qu’il faut remettre en question…
B: c’est ta façon de voir qui est indigne
A: c’est la façon de voir d’un être indigne
B: indigne-toi dans ce cas… arrache-toi bordel !
A: et après ?
B: on s’indigne d’abord et on voit après !
A: voir quoi? Qu’on n’est pas digne de s’indigner
B: tu dis ça, parce que ton homme t’a quitté?
A: non, parce que je ne me sens pas digne d’être aimée
B: pourquoi? Mais pourquoi ?
A: parce que rien ne dure… rien ne peut durer
B: indigne-toi dans ce cas
A: pour quoi? ce que j’étais hier, je ne le serais pas demain…
B: pour les autres ?
A: Je n’ai jamais habité une autre peau que la mienne
B: raison de plus…pour essayer…
A: je t’écoute mais je ne t’entends plus… je ferme… rien ne va plus(..) .

De  « Global révolution » à  » Révolta »  une seule prière: résiste, ne te résigne pas, tu n’en seras que meilleur . Ce sera le mot de la fin, assez mélenchoniste , il est vrai .

A +