Sortir du nucléaire :comment le décider ?

nucleairecivauxLe référendum, comme expression de la volonté populaire, est un instrument de démocratie directe qui permet de donner la parole au peuple. Il sert à tempérer le pouvoir des représentants en évitant son absolutisme, voire à s’y substituer par un contournement de circonstance sur un sujet majeur. Quoiqu’il en soit, il  apparaît aujourd’hui comme une forme majeure d’expression  démocratique indispensable à l’exercice de la citoyenneté. Cependant l’histoire nous apprend qu’il peut être un instrument de manipulation en faveur des régime autoritaires ou du  plébiscite d’un seul homme,  qu’il peut donner lieu à des questions biaisées ou mal posées , ou enfin qu’il peut donner lieu à trancher des questions complexes auxquelles il est difficile de répondre de façon binaire par un oui ou par un non.  De tels risques imposent donc d’en faire un usage raisonné soumis aux nécessaires exigences d’une société démocratique telles qu’elles sont définies, acceptées et protégées par un Etat de droit qui s’identifie à la démocratie elle même . La loi référendaire issue d’un référendum populaire ne peut émerger en dehors  d’un regard critique des instances chargées de conforter l’Etat de droit, selon le cas ,  le conseil d’Etat, le Conseil constitutionnel, et les Cours européennes : Cour européenne des droits de l’homme , et Cour de justice de l’Union européenne .

Le recours au référendum sur la question du nucléaire sous entend celle d’un choix structurant sur notre vie collective : en effet notre consommation électrique est assurée dans notre pays à 75% par l’énergie nucléaire et postule que les avantages sont supérieurs aux inconvénients. Après la catastrophe de Fukushima cette vision des choses est devenue moins probante et les dangers de cette politique énergétique plus visibles. Pour autant comment sortir de l’énergie nucléaire ? L’adhésion populaire est-elle requise sur un sujet qui mobilise toutes les peurs et fait craindre la paralysie de l’entendement ?  Si nous répondons par l’affirmative, le mécanisme du référendum sur la question du nucléaire ne sera pas une mince affaire à mettre en œuvre au plan politique. En définitive tout dépend de la confiance accordée à l’implication populaire dans la décision publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


huit − 6 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>