AFFAIRE DSK

dskautre200DSK l’inventeur à gauche du concept de « réformisme radical » fondé sur l’équilibre entre justice sociale et économie de marché écrivait en 2004, dans une note de la Fondation Jean Jaures, que ce réformisme « ne se réfugie pas dans la promesse d’un grand soir ou dans une rupture illusoire avec le capitalisme. »

Député puis ministre socialiste, il réussit à se faire nommer, Directeur du FMI en Novembre 2007  grâce à Nicolas Sarkozy élu Président de la République quelques mois auparavant , une promotion de droite en quelque sorte qui le place au rang des puissants de ce monde.

De son coté le PS, à partir de 2008  et jusqu’à son projet de gouvernement pour 2012, sous la férule de Martine Aubry, entend bien reprendre les commandes du pays, lequel d’après les sondages, penche franchement pour Dominique Strauss Kahn.Celui-ci, tout en pratiquant le statu quo néolibéral, à la tête du FMI claironne  volontiers qu’il est socialiste aux journalistes, calés sur l’opinion publique qui voit en lui un futur Président de la République .Personne, au parti socialiste, ne semble douter qu’il serait capable une fois élu, d’appliquer leur programme de gauche qui consiste à relever les défis d’un nouveau modèle de développement économique , avec le rétablissements des comptes publics et la restauration d’une République plus démocratique à travers l’égalité réelle.

L’agenda des primaires socialistes est précis, DSK, qui revendique son droit de réserve comme chef du FMI  devait se décider avant le 13 juillet  2011 pour poser sa candidature à la candidature présidentielle.

Arrive en mai 2011 l’affaire DSK, un tsunami politique mondial : le directeur du FMI accusé pénalement aux Etats Unis d’agressions sexuelles sur la  femme de ménage de l’hotel Sofitel où il résidait à New York. Je ne reviendrai pas sur les détails du déroulement de cette affaire judiciaire en pays  anglo-saxon. Néanmoins je ferai miennes les observations publiées dans le Monde du 8 juillet 2011 et formulées par le Professeur Arthur Goldhammer, du Centre d’études européennes de l’Université Havard, traducteur du grand  Tocqueville, fin connaisseurs des institutions américaines.

Sur le Procureur de New York, Cyrus Vance il dira « On ne peut rien lui reprocher » Il a fait arrêter DSK à l’aéroport avant qu’il ne quitte les Etas unis pour l’Europe dans les conditions que l’on connaît « même sans plainte contre lui, DSK était soupçonné d’avoir des antécédents » L’enquête interne ouverte au FMI sur les relations entretenues par DSK avec  Piroska Nagy , une employée de l’organisation, devenue sa maîtresse, « une erreur de jugement » selon lui, a laissé des traces. Pour en revenir à la femme de ménage du Sofitel, d’origine Guinéenne, Nafissatou Diallo qui a porté plainte contre DSK , c’est M Vance qui a, conformément aux exigences de la procédure américaine,  informé les avocats de DSK des éléments portés à sa connaissance qui décrédibilisaient  le témoignage de la victime. Par conséquent le procureur Vance semble avoir fait preuve du professionnalisme requis en de telles circonstances , même si à certains égard le système judiciaire américain qui fait élire ses procureurs n’est pas identique au notre et peut générer quelques incompréhensions de postures ( notamment celle de la police)

Sur les médias, le Professeur Goldhammer aura la critique féroce en soulignant le rôle « calamiteux » de l’information en continu « les médias doivent sans cesse donner du neuf, cela crée un cirque qui entrave la bonne information » Quoiqu’il en soit sur la réalité du viol, comment peut-on se retrouver dans une situation pareille, pour un homme qui affronte au quotidien des enjeux de puissance qui dépassent la vulgaire imagination de n’importe quel quidam.

Sur DSK , M Arthur Goldhamer conclura « s’il entendait accéder aux plus autres fonctions, alors il a mérité ce qui lui est arrivé » en substance sa réputation est coulée, sa carrière politique est finie. Le virage de l’opinion publique française est sans appel selon une enquête Ipsos ( LM 13/07/2011) et son directeur Brice Teinturier d’ajouter  » l’ affaire a révélé quelque chose de la relation de DSK avec les femmes et l’argent  » et surtout aussi, ce dont on parle moins, de la relation  de DSK  avec le discours de gauche et le peuple de gauche . La majorité des français trompée dans sa confiance ( fût-elle  mal placée) ne souhaite pas son retour . La messe est dite . Amen DSK

La parole est à la défense en dernier lieu

FRANCE/

Certains  diront qu’il a commis une imprudence comme s’il s’agissait d’une erreur de casting. Intronisé dans le monde de la haute finance, avec des responsabilités internationales de premier rang, il n’aurait pas du se retrouver tout seul , en tout cas non accompagné d’une garde rapprochée, ses conseillers en communication au lieu de se balader en porsche ne l’auraient pas suffisamment protégé, même de lui même, ils auraient du anticiper en fonction du personnage connu, tout événement de nature à le discréditer, voire le disqualifier comme une plainte en viol d’une parfaite inconnue, bref ‘ils n’ont pas fait leur job. Reste sa seule défense visible, sa femme qui aux yeux de tous ne l’a pas abandonné en attendant le dénouement d’une histoire qui est également la sienne et dont elle ne ressortira pas, elle non, plus indemne.

Autres billets parus dans monpostdemocrate sur DSK

22/02/2009 D$K n’apprécie guère???

24/08/2011 La République de l’uniformité =D$K Président

20/02/2011 D$K et la médecine occidentale du Médiator potion de rigueur pour les peuples

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf − 6 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>