Tentative de suicide manquée : mère-fils ?a suivre

Le titre dans le Dauphiné libéré  » il poignarde sa mère pendant son sommeil » a attiré mon attention : on touche ici à un tabou .

Les faits ont été commis , dans la nuit du 23 au 24 octobre 2015, à Vallouise dans les Hautes Alpes où la mère et le fils, d’origine marseillaise , étaient venus passés le week -end  dans la résidence secondaire de la famille. Le père était resté à Marseille où le fils, 39 ans ,  et les parents habitent ensemble habituellement.

L’auteur de ce geste  meurtrier a lui même alerté les pompiers pour qu’ils viennent porter secours à sa mère entre la vie et la mort . Le pronostic vital de la victime, agée de 59 ans est engagé, elle  a été  hospitalisée en urgence au Centre hospitalier de  Briançon .

Les militaires de la Gendarmerie de la Brigade locale de l’Argentière -la-Bessée et de la brigade de recherches de Briançon, chargés de l’enquête, ont appréhendé le suspect dont les premières explications sont énigmatiques . Il aurait eu ce soir là le projet morbide de mettre fin à ses jours comme à ceux de sa mère à qui il a porté , pendant qu’elle était endormie, deux coups de couteau , l’un au cou et l’autre au  thorax . Après ce geste il aurait renoncé à se tuer. Il n’était apparemment pas sous l’influence de l’alcool ou de la  drogue, les analyses ultérieures  permettront de le confirmer ou non  . Il n’était pas suivi au plan psychiatrique ou psychologique et exerçait une activité professionnelle régulière.

Les premiers renseignements sur cette famille ne sont pas défavorables . Cependant , s’agissant d’un drame familial,  les enquêteurs seront vraisemblablement conduits à approfondir le système familial tel qu’il fonctionnait ou dysfonctionnait et la nature des relations entre ses membres. Une telle approche sera sans doute utile pour expliquer le geste de ce fils , frappé de l’indignité d’un des derniers tabous qui nous gouvernent .

Le meurtre  ou sa tentative , avec cette circonstance qu’il  a été commis sur un ascendant , est puni de la peine la plus haute dans notre droit ,  la réclusion criminelle à perpétuité.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ trois = 7

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>