Archives pour la catégorie Religieux

Eagles of Death Métal : Ils donnaient un concert au Bataclan

Ils jouaient sur la scène de spectacle du Bataclan ce fameux vendredi soir sanglant au moment où les terroristes ont tiré sur le public . Ils ont pu quitter le concert sans dommages.

Mais en hommage à tous ces jeunes ou moins jeunes qui y ont perdu la vie alors qu’ils comptaient bien la célébrer en musique ce soir là ( cliquez sur l’image pour voir une petite vidéo sur le groupe de musiciens et écouter un de leurs morceaux )

mise a jour  10 decembre 2015: le groupe est revenu au Bataclan pour ce recueillir à la mémoire  de son public sacrifié comme des bêtes par barges  de première .

 

Paris sous la terreur des représailles djihadistes aprés l’engagement militaire de la France en Syrie

Paris : après l'épreuve le sursaut républicain

Paris : après l’épreuve le sursaut républicain

Ce vendredi 13 novembre 2015 des attentats djihadistes perpétrés à Saint Denis à proximité du stade de France et dans l’est parisien  par des commandos-suicides ont fait 129 morts(*) à ce jour et prés de 350 blessés. Un lieu de spectacle footballistique (le Stade de France où se jouait un match France Allemagne) musical ( la salle du Bataclan où le groupe Eagles of Death Métal jouait en concert) et un lieu de spectacle permanent ( la rue , les terrasses de café et de restaurant) ont été particulièrement visés. Au Bataclan on déplore 82 victimes. Mais toutes ce soir là ont été tuées à l’aveugle, toutes des victimes innocentes, une action assassine propre à jeter la terreur dans la population On n’a pas pu dénombrer avec exactitude les terroristes en action, on sait que certains d’entre eux dont on a retrouvé les restes des corps se sont fait exploser. Ils seraient sept dans ce cas, un huitième aurait été tué par les forces de l’ordre, un autre aurait pu prendre la fuite. Selon un témoin de la tuerie du Bataclan , un des meurtriers aurait lancé  » C’est la faute de Hollande , c’est la faute de votre Président , il n’a pas à intervenir en Syrie «  Leur intention était manifestement de mourir en martyr pour la cause  défendue par le groupe Etat islamique  (le  Daech) qui revendique les attaques contre la population parisienne .Les premières investigations ont permis d’établir qu’au moins 4 des kamikaze étaient français résidents en Belgique .

(*) Mise à jour  22/11/15: à la suite d’un nouveau décés le nombre de victimes est passé à 130.

 Nous savons que notre pays est engagé contre le djihadisme armé au Moyen Orient, notamment  en Irak et en Syrie ( Moyen et Proche Orient peuvent désigner le même espace ou ensemble  géographique ) sans compter sa présence ( 3500 soldats )au Mali ( Afrique) pour les mêmes raisons .  Nos concitoyens tombés sous les balles des terroristes à Paris viennent d’en  payer le prix fort comme c’est le cas de tous ceux qui meurent au champ d’honneur en temps de guerre. Pas de différence , un mort c’est un mort et c’est la guerre évidemment, du premier jour où nos avions ont décollé pour bombarder l’ennemi , qui en doute ? Une guerre lointaine qui ne l’est plus depuis le bain de sang de vendredi . Qu’est ce qui se passe aujourd’hui dans la tête de ceux qui ont perdu un être cher ce vendredi noir parisien ?

C’est quoi cet islamisme radical qui prêche le Djihad armé depuis les zones en conflit au Moyen Orient ( entendu comme la région  qui comprend a minima l’Iran, Israël, la Palestine, la Jordanie, l’Irak, la Syrie, le Liban) et dynamite nos concitoyens musulmans dans leur croyance de paix et d’amour dictée par les textes sacrés, le Coran et autres adîths . JL Mélenchon, interrogé par la presse, forme le voeu que «   nul ne s’abandonne à la vindicte (…)et  que nous soyons tous capables de résister à la haine et à la peur que les assassins veulent incruster en nous «  ( LM du 15/16 novembre 2015) A propos de ce qui vient de se passer à Paris il affirme , le lendemain , lors de l’émission spéciale de L Ruquier que   » l’ Islam n’ a rien à voir avec avec ça . » Il parle de l’Islam de France , et sans doute veut-il  éviter d’alimenter un climat de guerre de religions dans notre pays où  la deuxième religion officielle est l’Islam, cette religion partagée par la communauté musulmane n’a rien a voir avec des assassins terroristes qui ne représentent que le crime .   Certes . Mais que penser de la  mouvance islamiste internationale et de ses galaxies djihadistes  qui bouillonnent dans le chaudron arabo-persique ?

Il vaut mieux informer correctement l’opinion . La France EST en guerre contre l’Etat Islamique depuis le jour où nos avions sont allés bombarder ses position en Irak ( septembre 2014) en Syrie ( septembre 2015)  Le risque de représailles doit être assumé par le chef de l’Etat et son Etat major . Lorsque ce risque  se réalise, il n’est plus temps de tergiverser, ou d’appeler hypocritement à l’Union nationale . D’ailleurs la riposte française ne s’est pas faite attendre : 48 h après les attentats, l’armée de l’air a mené un raid contre l’organisation djihadiste en bombardant des points stratégiques dans la ville de Rakka, sa capitale.

Le parlement français est convoqué en Congrés pour débattre de l’état d’urgence décrété par le Président de la République et  pour soutenir sa politique d’intervention dans les conflits du Moyen Orient avec l’objectif d’éradiquer l ‘ EI, objectif immédiatement soutenu par l’ONU.

Le djihadisme sera-t-il vaincu pour autant  ? Certains pensent que non, que le démantèlement de la logistique paraétatique de l’Etat Islamique n’y suffira pas, comme le soutient  un éditorial du journal LM du 17/11/20105 . L’Etat islamique puisent en effet ses racines dans la déstabilisation du Moyen Orient et dans l’incapacité de la région de sortir des idéologies totalitaires et rétrogrades favorisées par l’emprise religieuse que connaissent tous les pays de droit musulman qui veulent imposer la Charia comme principe de gouvernement des hommes .

Reste, enfin , à savoir pour quelles raisons le djihad  islamiste ( le combat armé issu d’un islamisme fondamentaliste ) exerce une telle séduction sur des centaines de jeunes musulmans qui résident en France , qui sont français pour la plupart  et qui ont pris les armes au nom du djihad en défiant la  République française  dans ses fondements par la perpétration d’actes terroristes meurtriers  téléguidés de l’étranger .

La France est entrée en  guerre contre ce même djihad sous F Hollande , le peuple aurait mérité d’être mieux informé des dangers encourus .

Mise à jour le 28 novembre 2015 /:

L’enquête sur l’identification des terroristes a progressé . Elle donnait lieu le mercredi 18 novembre 2015 vers 4 h du matin à un assaut des forces de police d’un appartement situé à Saint Denis où trois autres terroristes armés ont livré bataille et trouvé la mort . Parmi eux  Abdelhamid Abaaoud  un belgo marocain présumé être l’un des organisateurs des attentas de Paris une semaine auparavant , et sa cousine Hasna Aït Boulahcen .  Un  suspect-clé Salah Abdeslam, belgo marocain est toujours en fuite

 

Penser et critiquer, est vital pour l’homme

Le  journal Courrier International vient de publier un numéro spécial intitulé  » le monde musulman face  à l’urgence des réformes »  On y trouve un premier billet publié en août 2014 par l’ecrivaine libanaise Dominique Edde qui s’ interroge sur : comment sortir de la barbarie ? A partir de ce questionnement , j’ ai pu développér une reflexion qui avait sans doute commencé à s’ imposer après les tueries de Paris en janvier dernier et le massacre de l’equipe redactionnelle de CHarlie Hebdo.

Commençons par essayer de discerner ce qu’ est la barbarie . Le contraire de ce qui est civilisé, penseront certains . Plus que cela, affirmeront d’ autres .

A notre avis, la barbarie c’est lorsque le pouvoir des hommes dégénère en tueries, en massacres, en deflagrations meurtrières . C’est lorsqu’ils se font la guerre sous l’étendard de la destruction et des armes et de la haine alimentée toujours hypocritement par la juste cause . La barbarie c’est aussi lorsque   les hommes s’ eloignent et se détachent de leur humaine condition: la dignité. Couper des têtes, des oreilles, des bras des mains , quel que soit le membre c’est traiter l’homme comme une plante, sans âme, le réduire à la condition de légume , c’est imposer un ordre barbare où il importe de détruire, d’obeir pour ne pas etre détruit, c’est la peur viscérale, le règne  de la menace, de la torture. Alors le mal alimente le mal, « et chacun est tenté de choisir un mal contre un autre, affirme  Dominique Edde qui  ajoute « Resister,, c’est se battre contre cette tentation (…) Qu’est ce qu’un droit de l’homme, si l’homme a disparu »

A la suite d’Annah Arendt  (cf: Adolph Eichman : Rapport sur la banalité du mal ), on peut penser que la responsabilité du mal est collective en ce sens que l’homme ordinaire peut dégénérer en véritable barbare, c’est la leçon de l’histoire du nazisme et du peuple allemand qui a obéi à Hitler et à ses sbires. Mais ne faut il pas imaginer aussi que le passage  à l’acte ( barbare) est au final individuel, quelles que soient les circonstances car l’alternative existe : la résistance.  Face au barbare ordinaire se dresse le héros ordinaire ( les Jean Moulin et consorts), celui qui refuse de fermer les yeux, celui qui n’accepte pas d’être complice par abstention , celui qui entre en dissidence.

En tant que libanaise, Dominique Edde scrute son propre pays , qui a connu plus de guerres civiles qu’il n’en faut , et les pays voisins qui se renversent et connaissent le chaos des déflagrations assassines ( Irak, Libye, Syrie, Palestine…) Le monde arabe est en ébullition confronté aux rivalités , à la guerre, au fanatisme . L’écrivaine nous alerte .  » « La dissidence ( face au mal et la barbarie) est un mode de pensée qui tarde à gagner le monde arabe musulman » Elle semble considérer que les autorités religieuses musulmanes de ces pays qui sont de droit musulman, où la religion entremêlée à la politique exerce une influence  non discutée sur la conduite des hommes , tardent à s’ indigner contre ceux « qui vident l’humanité de son humanité »  Qui sont-ils ? Quelle est leur place dans l’Islam ?

Du coté occidental, on les désigne comme des djihadistes : des hommes et des femmes recrutés dans la sphère des islamistes fondamentalistes et ultra-radicaux comme ceux qui composent le groupe qui se fait appeler Etat Islamique ou le Daesch, selon la diplomatie française. Le djihadisme  est entendu ici comme le combat armé revendiqué par certains  pour imposer un ordre religieux  issu de  l’Islam . Même si cela déplait le djihadisme tel qu’il se manifeste actuellement est né au sein de la communauté musulmane. Les  musulmans eux mêmes sont inquiétés par le djihadisme, un courant religieux mal toléré voire rejeté par les plus  modérés d’entre eux. Sous la loupe républicaine et des principes démocratiques qui en découlent en France le djihadisme peut apparaitre doublement inacceptable,   inacceptable comme toutes les guerres  qui font souffrir les populations  et attentent à leur vie par les moyens de destruction utilisés ,  inacceptable comme toutes les religions qui facilitent le principe d’obeissance à un dogme intouchable et commandent la soumission des gens par le biais d’une croyance religieuse cimentée sur des textes sacrés. Le peuple à genoux prie , il ne critique pas  et les armes peuvent parler.

Voilà pourquoi  Dominique Edde en appelle aux intellectuels du monde arabe pour entrer en dissidence : il n’est évidemment pas acceptable pour elle , que l’ordre barbare ( la guerre , les rivalités assassines) s’impose dans sa région sans sursaut de l’élite intellectuelle et que la violence meurtrière se répande et se déchaine au nom de l’Islam que les théologiens continuent de qualifier comme une  religion de la paix . Il serait grand temps de se réformer et de  » sortir des rangs » ( courrier international Hors serie sur l’Islam , p 4)

Polémique sur le dessin de Luz en couverture du nouveau Charlie Hebdo paru après l’attentat de Paris

707192-une-charlie-png.jpg

 

Tiré à 5 millions d’exemplaires le nouveau numéro de Charlie Hebdo  paru le 14/01/2015 suscite une large réprobation dans le monde musulman, même si la tuerie de Charlie Hebdo au nom d’un islamisme  fondamentaliste  est condamnable pour la plupart.

Certains pays au Maghreb occidental, en Afrique noire, au Moyen Orient, en Asie , agités aussi par l’islamisme radical et fondamentaliste , ont désapprouvé  la dernière publication de l’hebdomadaire dont l’image de couverture à la Une est reproduite  ci contre . On s’est bien rendu compte, lorsque la religion musulmane est mise en cause, à travers  des caricatures de Mahomet , que cela passe pour la plupart des religieux ( y compris le pâpe, chef de la chrétienté, victime lui aussi en d’autres temps de Charlie Hebdo  )   comme une insulte à la foi des musulmans . Dans ces circonstances la tradition provocatrice de Charlie Hebdo contre les religions lui colle à la peau   et désigne ses humoristes caricaturistes comme ceux  par qui le blasphème arrive : la fatwa n’est pas loin . Pour preuve …

En Egypte, les autorités religieuses  au nom de l’islam sunnite ,de la Mosquée Al Azhar basée au Caire , critiquent la « une  » de l’hebdomaire représentant , selon elles , Mahomet la larme à l’oeil , » image risquant d’attiser la haine » ( LM du 15/01/2015); L’Union mondiale des savants musulmans , par la voix de Youssef Al Qaradawi , éminence grise des Frères musulmans, estime que les dessins de Charlie ne font que « donner de la credibilité à la thèse selon laquelle l’Occident est contre l’Islam »  Le président egyptien Abdel Fattah Al Sissi a autorisé la censure des publications étrangères jugées offensantes pour la religion.

En Turquie  le premier ministre Ahmet Davutoglu  a dénoncé une  » grave provocation de Charlie Hebdo » au motif que la liberté de la presse ne signifie pas la liberté d’insulter .  Tourner en dérision la religion musulmane et le prophète Mahomet est une atteinte blasphématoire intolérable dans ce pays qui reste  attaché au droit musulman. La Turquie, qui ne répond pas au standard démocratique de l’ Europe,  n’est pas prête d’intégrer l’Union européenne .

Au  Maroc, en Algérie la parution du dernier numéro de Charli Hebdo ou sa reprise par d’autres journaux semble avoir provoqué également , dans ces pays anciennement colonisés par la France , des réactions hostiles à l’hebdomadaire satirique dans  la classe politique ou l’opinion publique. Que les terroristes ayant assassiné les dessinateurs de Charlie Hebdo soient français d’origine algérienne n’est pas anodin et cette circonstance  doit sans doute être mis en lumière dans l’explication des crimes qu’ils ont commis .

En Iran , le gouvernement  en la personne de son ministre des affaires etrangeres Marziyeh Afkham a fustigé les abus de la liberté d’expression en occident et condamné la publication de la « caricature insultante envers le prophète de l’Islam » du numéro paru le 14/01/2015 . On sait que l’Iran est le pays de droit musulman par excellence ayant placé à la tête de l’Etat un guide suprême  garantissant la suprêmatie des dogmes religieux de l’Islam.

En Mauritanie et au Sénégal plusieurs manifestations ont marqué l’opposition aux caricatures lorsqu’elles représentent ou semblent représenter le prophète Au Niger, des émeutes ont eu lieu avec le même prétexte et ont fait plusieurs morts.

Au Pakistan, des manifestants en nombre se sont réunis dans plusieurs grandes villes dont Karachi aux cris de «  Nous ne sommes pas Charlie , nous sommes Kouachi «  Ils ont exprimé leur colère contre la « Une » du dernier numéro de Charlie Hebdo  et brulé des effigie des dessinateurs de l’hebdomadaire satirique selon le journal LM du 18/01/2015

+++++++++++++++++++

Comment décoder le dessin de Luz, à la « une  » de Charlie hebdo » paru  ce mercredi 14/01/2015 , après l’assassinat à la kalachnikov le 7 janvier à Paris au siège du journal satirique de ses principaux animateurs ( Cabu , Wolinsky et les autres)  et le deuil qui leur a été rendu dans toute la France  le 11/01/2015 lors de manifestations  ayant rassemblé prés de 4 millions de français incarnant une conscience démocratique et civique choquée par la barbarie de la tuerie et l’atteinte à la liberté d’expression et son corollaire accepté par notre droit , la satire , l’humour et la caricature . 

+++++++++++++++++++

Les sémiologues ne manqueront pas de se livrer à l’analyse de l’image . Est -elle une caricature ? Ils feront le distinguo habituel entre le signifiant ( ce que je dessine, ce que j’écris , ce que je dis) et le signifié ( le faisceau de significations plus ou moins cohérentes , paradoxales ou contradictoires qui se dégagent de l’image, de l’écrit ou de la parole )  Toujours un écart entre les deux …( ce que vous comprenez n’est pas nécessairement ce que j’ai voulu dire ou ce que j’ai dit )

Venons en à la fameuse couverture .

La couleur verte est en arrière plan . On peut constater que le vert est utilisé par la tradition et la religion islamiste ( drapeaux par exemple)(*)

Le personnage central a la larme à l’oeil : il tient une pancarte où est inscrit  » je suis Charlie » Sa tenue vestimentaire ( turban et djellaba ) rappelle l’habillement traditionnel musulman et rien ne permet d’affirmer que c’est le prophète Mahomet en personne qui est représenté . Cela n’a pas empêché les manifestants de part le monde et les médias de désigner le personnage central du dessin de Luz comme Mahomet, le Dieu Mahomet .  Luz,  lui -même , la veille de la  parution du nouveau Charlie ,  explique son dessin au journal Les Echos en précisant «  « Notre Mahomet est un homme qui pleure » . Il ajoute à l’ambiguité : qu’est ce que le dessinateur a voulu dire ou exprimer ? Paradoxalement rien n’interdit de penser  que le personnage central est un quidam , de confession musulmane qui pleure et qui a de la peine en brandissant l’écriteau  » je suis Charlie » dans une pensée émue pour les journalistes assassinés.Et si le « notre Mahomet » dans la bouche de Luz, s’entendait plutôt comme   » Nos Mahomet » :  le dessin  viserait plutôt que le prophète interdit de représentation impie,  tous ceux qui  croient en Mahomet qu’il s’agirait d’imaginer , aprés les tueries , en Pro- Charlie . Une prise à témoin non pas du Dieu musulman mais du peuple musulman face aux événements tragiques .

Vient ensuite le texte  » Tout est pardonné «  inscrit en dessus du personnage , inséré entre sa tête et le bandeau supérieur de l’hebdomadaire Charlie Hebdo où est rajouté la mention  » journal irresponsable » Un flux de significations peut nous envahir dans l’interaction des deux expressions , l’une contenant le mot « pardon » , l’autre le mot « responsabilité »Une  vendetta exécutée à la kalachnikov, à la façon maffieuse , c’est ce qu’on retient de la tuerie , n’est-il pas vrai ? Comment voir autrement cet attentat commis par deux illuminés aux cris, selon les témoignages rapportés par la presse ( LM 17/01/2015) de  » Allah est grand »  » on a tué Charlie , le Prophète est vengé »  L’offense , s’il y a eu offense , a été lavée dans le sang . Lourd tribut pour la presse satirique ! Où se niche l’irresponsabilité revendiquée par le journal ?  La liberté d’expression qui finit ainsi, ne  signe t-elle pas des temps d’une noirceur absolue .Tout est pardonné, rien n’est pardonné, les deux faces d’une même réalité : il ne faudrait pas que la larme à l’oeil dessinée par Luz  sur  » son Mahomet » soit une larme de crocodile .

Cette tentative d’analyse et de décryptage  admet évidemment la double réserve du sémiologue , spécialiste de l’analyse de l’image ( Gérard Bastide ) qui fort opportunément rappelle

-d’une part que le dessinateur ( ou tout autre auteur) ne saurait épuiser  » tous les sens qu’il entend donner à son oeuvre »

- d’autre part que le lecteur ( votre serviteur par exemple) peut se tromper , voire détourner ou dévoyer le message lorsqu’il aura été délivré  avec plein de « signifiés » contradictoires. Est ce le cas du dessin de LUZ.?

Pour trancher , on ne peut s’empêcher d’aller voir  ce qui se passe du coté du  pays où la liberté de la presse est magnifiée, les   Etats Unis .

Les médias  américains , dans une société américaine où les religions conservent une influence considérable , ( God save America ) ont tendance de façon majoritaire à ne pas publier  ce qui   » est destiné délibérément  à heurter les sensibilités religieuses  » Cependant Martin Baron, le directeur du Washington Post  devait revenir sur cette ligne en publiant la couverture dessinée par Luz, qui n’entrait pas selon lui dans la catégorie  » de ce qui est précisément, délibérément ou inutilement offensant pour des membres de groupes religieux «  La médiatrice du New York Times Mme Margaret Sullivan osait même critiquer la ligne interne de son journal en estimant que le dessin publié le mercredi 14/01/2015 par le nouveau numéro de Charlie Hebdo n’était  » ni choquant, ni gratuitement offensant  » et qu’il avait  » sans aucun doute une valeur significative d’information « . Laquelle ?

Après les tueries , il n’est pas offensant d’appeler à la tolérance les plus irréductibles et la couleur verte du tableau ( *bis) deviendrait alors  celle  de l’espoir,  l’espoir du futur assurément et la République française en a bien besoin par les temps qui courent.

 (*)( *bis) 20/02/2015:  on m’a rapporté que la couleur verte était utilisée en contraste  avec le désert et l’absence de verdure de ces territoires .

 » Moi aussi , Je suis Charlie »

C’est le titre de  la chanson qu’ un jeune musicien a mis en ligne ( ICI sur you tube) en empruntant un air de musique du chanteur  RENAUD,  à la suite de l’émotion soulevée par l’attentat meurtrier contre le journal Charlie HEBDO   avant l’épilogue sanglant de l’ arrestation de ses auteurs présumés les frères KOUACHI .

Le  peuple n’aura pas à les juger . L’action publique engagée contre eux au titre des crimes commis s’est éteinte avec leur mort .

Les frères KOUACHI , qui avaient pu prendre la fuite  après leur forfait et les fusillades en plein coeur de Paris dans un quartier qui n’a pu être bouclé à temps par l’appareil de sécurité policier, ont été identifiés fort opportunément, puis recherchés et retrouvés dans les 48 heures qui ont suivi. Ils  ont été tués par les forces d’intervention  alors que, repérés ils s’étaient retranchés dans une imprimerie à Dammartin en Goele ( seine et marne) et résistaient avec armes à leur arrestation.Un haut fonctionnaire de la police a pu souligner( LM 11/01/2015) leur haut niveau de détermination doublée  » d’une démarche totalement sacrificielle »

Les frères KOUACHI, agés d’une trentaine d’années sont des français d’origine algérienne:  il conviendra, à défaut de procès pour juger de leurs crimes, de se pencher sur leur ‘histoire familiale et de s’interroger sur le ratage du processus d’intégration qui a été le leur . Ils étaient manifestement entrainés au Djihad, entendu comme un combat armé d’origine religieuse, une  pratique qui a pu inspirer leur comportement terroriste et meurtrier visant la direction de Charlie Hebdo, journal menacé depuis les caricatures de Mahomet dessinées et publiées en 2006 au Danemark et reprises à son compte  .

 

7 janvier 2015: Tuerie contre les animateurs de Charlie Hebdo

Wolinsky,Cabu,Charb,Tignous

Wolinsky,Cabu,Charb,Tignous

Le 07/01/2015 au siège de la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo qui était sous la menace islamiste depuis l’affaire des caricatures de Mahomet, un commando de deux hommes, habillés en tenue sombre, cagoulés  et armés de fusils de guerre, ont fait irruption dans un immeuble du 11 ieme arrondissement de  Paris,  où se tenait , comme tous les mercredis, une réunion des principaux animateurs du journal. Ils ont tiré dessus les journalistes et leur entourage.

Selon les premières informations,  23 personnes ont été touchées . Une douzaine ont perdu la vie dont - Stéphane Charbonnier, dit Charb, 47 ans qui dirigeait Charlie Hebdo depuis 2009. «  Pas de gosses , pas de femme,pas de voiture , pas de crédit ,aimait-il dire . Il préférait  » mourir debout que vivre à genoux . »  - Bernard Verlhac, dit Tignous 57 ans qui dessinait pour la presse depuis 1980-Cabu ,Jean Cabut, de son vrai nom, était à 76 ans, l’un des « parrains » du dessin satirique à la française, né dans les années 60 dans Hara-Kiri. Il a été le créateur des personnages emblématiques du Grand Duduche, l’étudiant lunaire et le fameux Beauf, aux lunettes noires et à la moustache arrogante-Wolinsky, dessinateur, qui était lui aussi une figure de la caricature , collaborateur en son temps de Hara-Kiri.-Bernard Maris, économiste réputé et chroniqueur à France Inter . Après cette tuerie, c’est la rédaction  toute entière de Charlie Hebdo qui est décapitée .

On compte aussi 11 blessés dont 4 dans une situation critique.

Il  s’agit évidemment d’un drame absolu pour l’ensemble des victimes et leurs familles.  7journalistes de Charlie Hebdo ont été tués.  C’est un assassinat politique  de toute évidence, un acte que  les autorités ont qualifié d’acte de guerre terroriste  et qui requiert, comme l’a rappelé le président de la République française , un rassemblement national autour des valeurs républicaines incontournables comme le droit à la vie , la liberté de conscience et d’opinion des citoyens et la défense de la liberté de la presse .

Au cours de cette opération quasi militaire dirigée en temps de paix contre un journal et exécutée avec sang froid, les meurtriers armés de fusils d’assaut ont également donné la mort à deux policiers. L’un, le brigadier Franck Brinsolaro, abattu dans les locaux de la rédaction, aux cotés du dessinateur Charb,  dont il  était chargé d’assurer la sécurité L’autre,   Ahmed Merabet, a été tué dans la rue au moment de la fuite des tireurs : à la suite d’une fusillade, ce policier blessé, étendu au sol, et rendu inoffensif  a été achevé à bout portant par l’un d’entre eux .

La  volonté de donner la mort et l’ apparente détermination à mener à bien leur entreprise au cri de « Allah est grand », selon ce que rapportent certains témoins de la scène,  n’est pas sans poser question sur l’Islam, l’islamisme et le djihadisme au nom duquel   es deux français ont agi . Pour ce que nous en savons , tout s’est passé comme si la haine envers les humoristes caricaturistes s’était doublée d’une haine envers les policiers : celui tombé au sol qu’on achève d’une balle tirée à bout portant est la démonstration d’une folie meurtrière alimentée par une haine totale contre l’ordre républicain. Reste à savoir qui sont ces individus et tirer les enseignements de leur comportement . Mais je ne suis pas sûr qu’on y découvre  autre chose que la nature du mal qui a dicté cette tuerie : le passage de certains d’entre nous sur l’autre rive de l’humanité en se détachant  du sentiment de dignité humaine, et la responsabilité collective de nos sociétés  à fabriquer de l’inhumain, de l’inacceptable, de l’intolérable 

Les auteurs de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo ont réussi à prendre la fuite  et sont activement recherchés . Il paraitrait que l’un d’eux aurait laissé  » trainér  » une carte d’identité dans un véhicule volé retrouvé . Ici bas , la  bêtise fait souvent bon ménage avec la cruauté . La cruauté arme , la bêtise désarme, et  le peuple en sera juge . Il sait reconnaître l’injustice et l’ attentat contre Charlie Hebdo  en est une qui fait saigner le coeur au souvenir de ceux qui y ont trouvé la mort et de l’affection qu’on leur portait , au souvenir aussi du symbole qu’ils représentaient reconnu par tous les amis de la France, pays de libertés . Il n’y a pas de politique sans symbole et il n’y a pas de symbole durable sans courage. Nos dessinateurs préférés, défenseurs de la laïcité, n’en manquaient pas .

Bref, l’enquête est ouverte , la justice est en marche  et elle a intérêt à conclure rapidement, la liberté assassinée mérite tous les soins et toute la vigilance des institutions citoyennes en démocratie avancée.