Archives pour la catégorie Etrangers

Lutte antiterroriste et révision constitutionnelle

imagesDans un précédent billet  j’identifiais quel était l’ennemi  » Le Daech , une bande d’assassins politico-religieux « 

Le pouvoir executif a eu raison d’utiliser l’état d’urgence aux lendemains des attentats du 13 Novembre 2015 qui ont fait 130 morts en application de  la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 sur l’ état d’urgence.

Dans un premier temps,  un décret pris en conseil des ministres le 14 novembre 2015 déclare l’état d’urgence valable 12 jours à l’issue desquels une loi de prorogation est nécessaire. Dans un deuxième temps, le parlement est saisi et vote la loi n° 2015-1501 du 20 novembre 2015 prorogeant l’application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l’état d’urgence et renforçant l’efficacité de ses dispositions (1)  . L’état d’exception que recouvre l’état d’urgence prendra donc fin le 26 février 2016.Le gouvernement s’apprêterait à déposer un projet de loi autorisant une nouvelle prolongation de 3 mois.

A la lecture de l’article 3 de la loi du 3 avril modifiée qui dispose : « La loi autorisant la prorogation au-delà de douze jours de l’état d’urgence fixe sa durée définitive. » la loi de prorogation fixe la date » définitive  »de l’état d’urgence.

Il n’est donc pas certain, comme semble le suggérer le gouvernement, que l’état d’urgence puisse être renouvelable une deuxième fois sur le fondement de la même déclaration d’urgence valable 12 jours. On peut se demander quel sera l’avis du Conseil d’Etat , si celui-ci est saisi comme il est annoncé.

Certes l’état d’urgence reste et doit rester une situation exceptionnelle de mobilisation de l’appareil d’Etat dans son ensemble  et de  mobilisation citoyenne. Cependant la gravité des attentats ( 130 morts ) et celle de la menace représentée par les groupes djihadistes qui se disent en guerre contre l’Occident conduisent à penser que cette guerre ne va pas s’arrêter du jour au lendemain .S’il s’agit d’une guerre, la notion d’état d’urgence est dépassée, nos moeurs politiques s’accomoderaient -elles d’un Patriot Act à la française ? ( le Patriot Act  est la loi antiterroriste votée par le Congrés américain   au lendemain des attentats du 11/09/2001 )(*)

Dans la perspective des manifestations envisagées contre  la révision constitutionnelle mise en chantier par le gouvernement Hollande, le malaise est certain et ce à un double titre 

illégitime-défense-3-20151002-1728x800_c- la révision constitutionnelle qui inventerait un modèle d’Etat policier  approprié à la lutte antiterroriste donne raison aux terroristes qui cherchent à ébranler notre modèle de République en s’attaquant à nos valeurs , en minant notre organisation collective ( le risque zéro n’existe pas )  et en nous poussant à la faute par mimétisme de la violence. La réponse américaine après les attentats du 11/09/2001  n’est pas nécessairement un exemple à suivre même si cette expérience n’est pas dénuée de tout enseignement. En France le recours à la police et la justice administrative éloigne du principe républicain qui confie en temps normal ( en temps de paix ) le contrôle des libertés individuelles à l’office du juge  judiciaire, héritier d’un état de droit dont les standards démocratiques sont les plus élevés au monde . C’est toute l’architecture de notre modèle de sécurité qui est en jeu, ce qui conduit à réfléchir sur l’efficacité de mesures exceptionnelles d’urgence propres à nous protéger contre des djihadistes kamikaze. Ces attentats suicides d’une particulière dangerosité étaient connus des autorités, ils avaient épargné la France jusqu’ici  ( mais pas nos voisins européens Madrid en 2004 56 morts, Londres en 2005 191 morts, )  L’engagement armé de la France au Mali en 2013 et au Moyen Orient , Irak en 2014, Syrie en 2015 a pu contribuer à activer depuis l’étranger des filières djihadistes en aggravant  le danger potentiel encouru par la population française sous l’effet de représailles terroristes prévisibles. Le Président Hollande en porte la responsabilité politique.

une-policiers_reuters-la révision constitutionnelle toucherait au noyau dur du pacte républicain : la qualité de citoyen. Elle donnerait raison aux mouvements d’extrême droite déjà favorables, avant les attentats,  à la déchéance de tous les nationaux « rebelles ». En politique « Oeil pour oeil , dent pour dent » semble être devenue leur devise., en dehors de toute compréhension de la relation humaine et du lien bon ou mauvais qui nous unit. La   »tolérance zéro » c’était déjà leur slogan pour traquer les mineurs délinquants, comparés à un fléau national , c’est encore plus facile  maintenant  de pointer ainsi les terroristes djihadistes .  Marine le Pen qui veut conquérir avec ses sbires  le pouvoir d’Etat, sait ce qu’elle fait lorsqu’elle surfe sur un populisme activé sur le repli sécuritaire et xénophobe de l’électorat. La fin justifie les moyens…cela n’a jamais été trés républicain même si les politiques en usent et en abusent.

Alors quoi faire ?

La France est désormais impliquée contre le terrorisme djihadiste il va lui falloir faire un effort économique durable mais surtout un effort diplomatique considérable pour gagner  la paix et donc la sécurité  dans une spirale de violence aventureuse.

Sur le plan économique, comme le laisse penser le chef d’Etat major des armées, responsable des opérations militaires le Général Pierre de Villiers qui publie une tribune dans le Monde du 21/01/2016, il conviendrait d’accorder au Ministère de la Défense nationale un objectif de dépenses militaires de l’ordre de 2% du PIB, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui à l’heure où on se préoccupe plus des  politiques d’austérité que de la Défense en Europe . C’est un sujet qui fâche , comme celui de définanciariser les groupes armés qui prônent le djihadisme total et planétaire , de s’intéresser aux paradis fiscaux, aux réseaux mafieux ou aux Etats complices . Effort économique certes , l’argent a toujours été le nerf de la guerre mais cela ne dispense pas de s’interroger sur un gouvernement de gauche qui décide de bombarder l’ennemi qu’il est allé chercher au Moyen Orient , et en même temps défait, par mesure d’économie , une loi ( la loi Duflot)  qui essayait de garantir un logement pour tous sur le territoire de la République . Question de civilisation !!!

Sur le plan diplomatique, pour gagner la paix,  faire la guerre ne suffit pas  surtout dans les conditions géopolitiques complexes du Moyen Orient . La démocratie exige que toute guerre, quelle qu’elle soit, s’accompagne d’une mobilisation citoyenne sans précédent : conforter nos soldats lorsqu’elle est décidée, et demander des comptes à nos dirigeants sur la sortie de la guerre dans la perpective d’une sécurité retrouvée . Il n’y a pas d’autres interets fondamentaux de la Nation plus prioritaire que celui de protéger l’intégrité physique de sa population et de tout mettre en oeuvre pour éviter les drames comme celui du Bataclan , dont la tuerie au siège du journal  Charlie hebdo avait été l’annonciatrice, n’en déplaise à M Valls et son gouvernement. Cela ne m’étonnerait pas que Hollande, sous le gouvernement duquel se sont produits les attentats, les pires de notre histoire contemporaine ,   soit agité par une obsession : celle d’échapper au grief de ne pas avoir tout tenter pour répondre à l’agression du Daech  et en finir avec le groupe terroriste, comme le dit si bien son premier Ministre( *)

 

http://www.lopinion.fr/edition/politique/etat-d-urgence-police-justice-bord-burn-out-93748

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/11/23/que-contient-la-loi-sur-l-etat-d-urgence_4815295_1653578.html

(*) Nous apprenons que M Valls, lors d’une interview donnée à la BBC le 22 janvier 2015 , a confirmé qu’il était favorable à ce que l’état d’urgence persiste tant que dure la menace Daech  et qu’on en « finisse » avec ce groupe terroriste. Une façon de dire  » votez pour la révision constitutionnelle  » qui inscrit l’état d’urgence dans la durée, l’institutionnalise    à l’échelon le plus haut de nos règles , et confie de façon durable aux pouvoirs publics le soin de lutter contre le terrorisme , mieux que le Patriot Act américain qui avait été validé quasi unanimement par le Congrés pour une période de 4 ans , puis  avait acquis un caractère permanent à compter de 2006 .Force est de constater que le centre de Guantanamo  n’a pas pu être fermé malgré les promesses de Obama et ses efforts à la tête de la Maison Blanche .

Mariages mixtes et femmes battues

UnknownLe journal le Midi Libre retrace le parcours de trois femmes dans le Gard ( Nadia la quarantaine puis Sherazade qui n’a pas 30 ans, et Layane qui est agée de 20 ans ) ressortissantes d’un pays du Maghreb ( on ne sait pas lequel ! ) qui se sont mariées à des français ( on nous dit pas  s’ils sont d’origine maghrébine …mais on peut s’en douter !) . Battues par leur mari ou mises à la porte de chez elles,  elles se tournent vers les autorité . Séparées de leur mari, et sans enfant, l’administration  les  invite à regagner leur pays d’origine.  Ciao! le mariage républicain n’est plus, vive  la muflerie masculine .

La République selon Gilbert Collard,député gardois affidé à Marine Le pen

avocat-gilbert-collard-ici-avec-marine-le_814814f7e61f725803c24cab96365a07

L'avocat mariniste, Gilbert Collard

L’avocat Gilbert Collard comme casse bonbons au Palais Bourbon , c’était du prévisible. L’avocat à la Cour, à la Télévision ( suivant une expression acquise au contact des prétoires) et maintenant avocat au Front national,  l’avait annoncé lui-même.  » je serai un casse couilles démocratique » déclarait-il   au lendemain de son élection dans la deuxième circonscription du Gard, «  en utilisant tous les arguments de droit«  précisait-il.

Maître Collard sur les bancs de l’Assemblée nationale n’a pas tardé à montrer ce qu’il savait faire ou ne pas faire. Jugez en par vous-même. en visionnant son intervention à l’occasion de la discussion au Palais Bourbon du projet de loi, cher à F Hollande, instituant les  emplois d’avenir pour  les jeunes peu ou pas qualifiés . Voilà ce que j’en ai retenu .

L’ avocat prend la parole pour proposer à ses collègues de voter un amendement qui introduit dans la loi le critère de la « préférence nationale » chère à l’extrême droite. Réserver aux français la priorité des emplois d’avenir autrement dit  » Jeunes étrangers s’abstenir ». Pour cet avocat pénaliste, il est impossible d’ignorer qu’une telle discrimination  est interdite à l’embauche, que le contrevenant encourt des sanctions pénales ( Articles 225-1 à 225-4 du code pénal ), que ce principe de non discrimination fondé sur la nationalité est applicable à tous les employeurs en droit du travail ( Articles L1132-1 à L1132-4 du code du travail ) qu’il apparaît évident que le législateur ne saurait en affranchir le mécanisme des emplois d’avenir en appliquant ce qu’il est convenu d’appeler  » la préférence nationale » ,  principe au coeur du programme du Front national qui prétend en faire un principe  de gouvernement tout à fait contraire à la forme républicaine de gouvernement exigée par la Constitution.

Ce serait faire injure à l’avocat de supposer sa méconnaissance du droit positif en la matière. Maître Collard savait que son amendement contre républicain était insoutenable et qu’il serait rejeté, c’est pourquoi il a choisi, trés vite, d’interpeller ceux qui manifestaient leur désapprobation, il en oubliait même de terminer la lecture de son amendement qui concernait les citoyens des différents pays de l’Union européenne .

 » Mais que vous ont fait les français? (…) s’exclame -t-il dés le premier murmure d’opposition.

« Quoi! on ne peut pas parler de la France ici (…) poursuit-il .

Du  haut de son perchoir, le Président de séance l’interpelle à son tour  à plusieurs reprises  » Nous vous écoutons, mon cher collègue, revenons à l’amendement  «  comme une invitation courtoise mais insistante à changer de registre.

Eh bien , le « cher collègue » devait continuer  à vitupèrer «  je n’ai pas à parler à des gens qui n’aiment pas la France (…) dés qu’on parle de la France vous vous agitez comme des marionnettes (…) vous êtes des urnes (!!!) à hurler (…) lance-t-il dans l’enceinte  de  cette honorable assemblée qui incarne la représentation nationale et le peuple tout entier .

Je m’arrête un instant sur cette surenchère verbale violente et blessante à tous égards. C’est un grand classique de la provocation. Le voilà donc, auront pensé certains « ce casse couilles démocratique » auto-proclamé ,   en action au service de l’extrême droite .

Un député se lève, c’est un Martiniquais, il  prend la parole avec calme, et  lui répond sur le fond avec sérénité, sans le traiter de clown :  » on ne fait dans la socièté française aucune distinction de race, de couleur, d’origine. » C’était une façon de lui rappeler que la société française se construit depuis des lustres au delà de la race, de la couleur ou de l’origine sur des valeurs républicaines affirmées dont la fraternité humaine  n’est pas la moindre. La République ne se construit pas sur un principe de discrimination, sur un principe d’exclusion comme le sous entend le critère de « préférence nationale » prôné par le Front national.

Maître Collard revient alors à la barre ( en quelque sorte), il a compris qu’il fallait feindre  de regretter des paroles malheureuses , et convaincre de sa bonne foi .

 » Je souhaite simplement qu’on dise , conclut-il, que les emplois d’avenir on les réserve aux français ( on avait compris) parce que c’est eux qui vont consentir les sacrifices necesssaires » Enfin un argument !

« Faux » lui répond un autre député , il n’y a pas que les nationaux qui payent des impôts, en dehors des nationaux   » toute personne residant sur le territoire français ( régulièrement s’entend) et payant des impots participe au financement de ce dispositif  » .

Pour finir , force est de constater que  M Collard est resté taisant sur le  sort réservé aux citoyens de l’Union européenne, pourtant l’amendement 179 qu’il présentait,  consistait à insérer dans la loi un alinéa libellé en ces termes : « L’emploi d’avenir s’adresse en priorité aux jeunes de nationalité française, et subsidiairement aux citoyens des États membres de l’Union Européenne. » C’est faire peu de cas du § 2 de l’article 21 de la Charte européenne des droits fondamentaux qui interdit  » toute discrimination fondée sur la nationalité «  dans le champ d’application du droit communautaire : il n’est pas sûr que la Cour de Justice de l’Union européenne aurait été d’accord avec cette atteinte à la liberté de circulation des personnes à l’intérieur de l’Union européenne via une atteinte au principe fondamental d’égalité et de non discrimination à l’emploi entre les citoyens européens de l’Union.

Comme il fallait s’y attendre l’amendement Collard a été rejeté. Le Parlement a définitivement adopté la loi dans la nuit du 9 au 10 octobre 2012, Mme Maréchal Le Pen et M Collard ont voté contre. Les communistes se sont abstenus , je ne suis pas sûr que ce soit un bon choix, le texte amendé du gouvernement de gauche représente une avancée sociale incontestable face à la montée du chômage chez les jeunes, notamment ceux les plus en difficultés. ( voir Le dossier emplois d’avenir LES ECHOS )

NB : Chronique du Gard où un député gardois s’en prend à un autre député gardois, Collard contre Cavard, le premier NI ( non inscrit) apparenté au FN ( front national), le second EELV  apparenté PS. Serait-ce les prémisses des futures élections municipales à Nîmes ?




Pour Corinne Lepage candidate à la présidentielleF Bayrou se fout de l'écologie

Lepage01-482x240
Corinne Lepage ( centre droit) revendique un caractère global à son projet de transformation écologique exposé dés 2010, projet qu’elle accepte  désormais de situer au centre gauche du paysage politique actuel : selon elle, le changement de cap pour le 21 ième siècle passe en France par la mise en  cohérence de l’ écologie, de la démocratie et de la République  avec un nouveau modèle de développement économique qu’elle n’ose pas qualifié d’antilibéral par crainte d’être étiquetée du coté des utopistes révolutionnaires plutôt que du coté des   pragmatiques e. Son ambition est de faire entendre sa voix comme femme politique du centre, au service du changement de cap qu’elle préconise , l’écologie politique et d’acquérir au premier tour une marge de manoeuvre pour aprés le second tour.

Au centre, elle élimine F Bayrou qui se fout de l’écologie. Elle est d’avis ( que nous partageons ) que F bayrou ne passera pas le premier tour . Ex-fondatrice du Modem elle a quitté le Modem  à cause de l’imposture de F Bayrou , c’est  tout sauf un démocrate ( il aime penser et décider à la place des autres) encore moins un écologiste convaincu ( « c’est pas sa tasse de café « ) On avait bien noté que F Bayrou, qui prône le rassemblement des français sur sa bonne tête, avait été incapable de cimenter l’unité fondatrice qui était celle du Modem à l’origine entre Cap 21, le parti écologiste de Corinne Lepage et l’ex-udf , le parti de F Bayrou rebaptisé Modem ( voir Précis de décomposition avancé à l’usage du Modem avril 2010)
En effet F Bayrou est un illusionniste , c’est le chevalier blanc de la scène politique, le Mahomet catholique, grand guide devant l’éternel de l’humanité à la dérive, pourfendeur de l’UMPS ainsi que de la pédophilie dont il a accusé l’écologiste Daniel Cohn Bendit au cours d’une fameuse émission télévisée qui n’a pas été à son avantage. il a pris l’habitude de se placér , avant d’attendre d’être élu, au dessus des partis ce qui lui permet ,de là haut , de distribuer comme une agence de notation en bon libéral qu’il est, bons points aux uns et mauvais points aux autres. Si vous lui parlez d’écologie ou de référendum , il tourne la tête , si vous lui parlez d’union nationale  , il sourit et son shadoow cabinet s’ébroue   » Bayrou , Président » . Ce n’est pas sans talent qu’il se présente devant les électeurs en proposant un pacte national face à la guerre économique dans laquelle nous a plongé le libéralisme actuel : il en accepte les diktats  qui commandent de faire subir aux peuples du continent européen des politiques d’austérité dont il précise la rigueur comptable pour la France : 5% de reduction des dépenses publiques et 5% d’augmentation des contributions . Il est moins prolixe sur les moyens de sa politique économique face aux puissances de l’argent que les gouvernements précédents ont préféré ne pas affrontér et qui nous ont conduit à la crise .  A ce stade il prend les habits du Général De Gaule, il demande au peuple de lui faire confiance sans dire avec le panache de De Gaule que « la politique de la France ne se fait pas à la corbeille » En cela il peut nous abuser . Si le monde bouge à cause des enjeux écologiques, il n’en fait pas une priorité en cela il se trompe et nous trompe .
Corinne Lepage qui l’a pratiqué à l’interne,  n’hésite pas à pronostiquer qu’il ne sera pas présent  au second tour, donnant raison à Daniel Cohn Bendit qui lui avait prédit « Tu ne seras jamais président, mon pote » Corinne Lepage et Daniel Cohn Bendit , tous deux défenseurs de l’écologie politique sont sur la même longueur d’onde , Bayrou souffre d’un déficit d’élan écologique auquel aspirent nos concitoyens . Les paris sont ouverts. En attendant écoutez la vidéo de Corinne Lepage .

VIDEO à partir de l’indice 6.15
Vient de sortir le livre
deficit_public
Aprés » La vérité sur le nucléaire » sous titré le choix interdit publié par Albin Michel en mai 2011

Expulsions des roms été 2010 La france a violé le droit européen

sarko et les romsOn se souvient de la polémique engagée au cours de l’été 2010 à propos des expulsions collectives et discriminatoires concernant les roms opérées par le gouvernement français qui se défendait d’avoir respecté le droit européen . Les instances européennes saisies de la difficulté ont affirmé, dans un rapport publié ce jeudi 10/11/2011 que la France avait violé la loi et les droits fondamentaux reconnus aux citoyens roumains ainsi traités ou plutôt maltraités.  Paris est donc  invité ( shame!!!) à prendre les mesures adéquates de réparation et de changement de cap de sa politique. Avez vous remarqué que « Mam » et « Horte.. Feux sur les roms » ne poseront plus sur la photo. C’est toujours ça de pris, comme on dit chez le peuple. Question? à qui le prochain tour ? RDV 2012

ICI SUR  20 MINUTES http://www.20minutes.fr/politique/821304-roms-paris-rappele-ordre-instance-europeenne

voir mes precedents billets sur le dossier des roms

16/09/2011 http://christian.nannini.free.fr/?p=3100  » la france n’est pas dans les clous « 

19/09/2011 http://christian.nannini.free.fr/?p=3193 « Hrevé Morin avocat de la défense d’Orte …feux sur les roms »

7/11/2011 http://christian.nannini.free.fr/?p=3673 Orte …feux sur les roms (suite)

Emmanuel TODD: Montée de l'islamophobieet de sa propagande, par la droite

Interview et Vidéo ( sur  oumma TV 13/07/2011 ) de Emmanuel Todd, historien , anthropologue  :

« Si vous êtes islamophobe, vous êtes anti français »

Autre vidéo de Emmanuel Todd sur l’ analyse du monde musulman ou arabe.

E .Todd a écrit   »Le Destin des immigrés, » Paris, Éditions du Seuil, 1994. ISBN 2-02-031450-9 et « Allah n’y est pour rien ! « Paris, Le Publieur, coll « arretsurimages.net », 2011

voir ICI l’ensemble de ses oeuvres et de ses travaux

La laïcité, une nécessaire exigence démocratique, reste à l'appliquer….

A mon ami DUCROS pour qui je me décarcasse  sous la forme d’un nouveau billet en réponse à son commentaire du billet précédent sur la laïcité

laicitethumbnail1-150x150

Mon second

La radicalité ne m’effraie pas, bien au contraire surtout s’il s’agit d’une radicalité concrète , qui  apporte des solutions . C’est bien le cas de la laïcité qui a apporté une solution aux guerres de religions. Certains ont pu dire ( par exemple Michel Onfray dans un article du Monde 6et 7 mars 2011) que nos sociétés occidentales, « l’occident a été formaté par plus d’un millénaire de christianisme » certes , mais pour autant faut-il oublier que nous français, au prix d’une révolution et en s’affranchissant de la tutelle des Eglises nous avons inscrit sur tous les frontons de nos mairies une spiritualité laïque commune qui s’exprime par la devise « liberté, égalité , fraternité » Nos Eglises font partie aujourd’hui de notre patrimoine culturel et artistique comme témoin d’une histoire faite aussi de larmes et de sang.

« Le magnifique héritage de civilisation » que nous léguerait, selon N Sarkozy, la chrétienté est un jugement de valeur historique, qui ressemble à celui de Samuel Huntington, théoricien du choc des civilisations et de la stigmatisation de l’Islam. Dans la bouche d’un Président d’une République laïque qui célèbre le patrimoine national c’est une « roublardise » comme le soutient JL Mélenchon

«  La loi de 1905, argumente-t-il, dispose que ce n’est pas au nom de leur dimension religieuse que l’Etat restaure des monuments mais au titre de leur portée artistique universelle »

La tradition républicaine de la France moderne est de lutter contre l’obscurantisme religieux et on devine aisément de quel coté N Sarkozy le situe entre la chrétienté et l’Islam (le port du voile islamique et de la burqua en est un exemple) . Sa faute est de se laisser instrumentaliser par les thèses racistes de l’extrême droite qui pratique l’exclusion d’une religion étrangère à ( et en ) l’Occident et renforce la xénophobie aux antipodes de la laïcité dont les principes directeurs ont été conçus plutôt comme une solution à l’exercice tranquille de la liberté religieuse que comme une arme de guerre.

Mais il y a bien des traditions républicaines qui ne sont plus respectées dans la France d’aujourd’hui

Il faut bien comprendre , et ce sera notre conclusion , que derrière la laïcité se profile l’espérance du peuple : que la fin ne justifie jamais les moyens . Car, en général , c’est toujours lui qui en fait les frais . C’est pourquoi la laïcité est une exigence démocratique et on peut s’étonner que la plupart des pays européens n’ aient pas cru devoir en adopter le principe nécessaire.

Au coeur du racisme, la questiondu multiculturalismeet de l'identité nationale face à l'Islam

laicitethumbnail[1]

Mon premier

Avant d’être élu Président de la République, lorsqu’il n’était encore qu’un ministre de l’intérieur et des cultes, N Sarkozy penchait pour une France  multiculturelle .Il était à l’origine de la création en 2003 du Conseil Français du culte musulman ( CFCM) .  Il disait alors « la France n’est plus seulement catholique «  et il constatait volontiers que l’islam y était « une des grandes religions » (on croit savoir la deuxième). Aujourd’hui N Sarkozy semble vouloir retoquer le principe de laïcité, ce principe républicain fondateur qui impose la séparation totale entre les Eglises et les Institutions, entre le spirituel et le temporel .

Comment s’y prend-t-il ?

Il dénonce l’échec du multiculturalisme : certains diront que la définition  du multiculturalisme comme toutes les expressions en « isme » manque de contours précis . Pour notre part, nous comprenons par « échec du multiculturalisme » l’évocation  d’une politique qui aurait échoué, celle qui favorisait jusqu’à présent  une France multiculturelle, c’est à dire  une France tolérante à l’égard de toutes les cultures et les religions, dont l’exercice est garanti  par l’idéal républicain de la laïcité. Pour faire bref, la laïcité garantit certes la liberté et la diversité religieuse  mais la laïcité ne saurait autoriser que les communautés religieuses  se developpent les unes contre les autres ou en diffusent des  pratiques qui seraient contraires à l’esprit républicain inspiré de la laïcité . La république française est une et indivible et c’est dans le cadre des lois de la République que les libertés s’exercent.

Force est de constater que  la question du multiculturalisme est devenue en France celle de la place de l’Islam dans la République. Pourquoi ? Parce que la France abrite la communauté arabe la plus importante d’Europe et qu’aujourd’hui, les pays européens craignent un flux migratoire en provenance du monde arabe, déstabilisé  par les mouvements révolutionnaires qui viennent de se produire en Tunisie, en Egypte, et en Libye.

L’Islam est-il compatible avec la République ?

Pourquoi cette question est -t-elle relancée maintenant ? La pratique de l’Islam concerne  en effet une population musulmane à majorité d’origine arabe estimée déjà à près de 5 millions d’individus , environ 2000 mosquées  et lieux de prière existent en France, des inaugurations sont en perspective avec financement public ( déguisé ou pas à cause de son caractère illégal).

Même question sur un autre angle : les valeurs de la République laïque sont-elles compatibles avec  la religion islamique ?

C’est une question politique de première importance qui a déjà été labouré par le droit international dans le cadre des conventions internationales portant notamment sur le droit familial ou les droits fondamentaux de la personne, signées par les pays de droit musulman qui n’ont pas renoncé à la religion dans la conduite du  gouvernement des hommes ou des Etats.

Avec l’immigration maghrébine, et d’une manière générale des personnes étrangères de culte musulman,   la question du multiculturalisme est devenue, en France, la question de la laïcité devenue elle même co-substantielle à celle de l’’identité nationale, expression mise au gout du jour par N Sarkozy. En effet en formant son premier gouvernement le Président de la république  a apposé les deux mots « identité nationale » à celui d’ « immigration » désignant ainsi  un nouveau  ministère celui de l’Immigration et de l’Identité nationale. Eric Besson, le transfuge du Parti socialiste, nommé à la tête de ce ministère, n’a pas hésité à engager un débat national sur cette notion  »d’identité nationale », qui faisait déjà polémique . « L‘identité  nationale » comme affichage d’une politique publique en charge de l’immigration a pu donner lieu à quelques confusions, malentendus voire dérapages : on s’en souvient le débat sur le sujet a provoqué les dérives habituelles de l’extrême droite, prompte à stigmatiser la religion islamique et la pratique du culte musulman en France. C’est à la faveur d’un remaniement ministériel au mois de novembre 2010, que   le Ministère de l’Immigration et de l’identité nationale a été  supprimé et que  le secteur de l’immigration a été  placé sous la coupe ( réglée) du Ministère de l’Intérieur. Cependant l’idée a tracé son sillon, derrière les Français il y a une identité nationale et il convenait de l’affirmer pour la majorité au pouvoir.

Mais  subrepticement,  nous voyons la religion islamique  prendre les habits d’une religion étrangère avec le port du voile islamique, la consommation de la viande  Hallal, l’éducation dans des écoles coraniques, les prêches des imams et les  prières de rue, et avec enfin la construction de mosquets et de minarets. La pratique de l’Islam devient un argument de rejet de la culture musulmane et des communautés musulmanes : par la religion on confond  » les français musulmans qui ont l’air étranger et les étrangers musulmans qui n’ont pas l’air français » . Et c‘est, en définitive   dans une ambiance d’islamophobie européenne ancrée de plus en plus dans les esprits, que N Sarkozy dénonce l’échec du multiculturalisme en ces termes :

Le multiculturalisme « c’est un échec. « Dans toutes nos démocraties, on s’est trop préoccupé de l’identité de celui qui arrivait et pas assez de l’identité du pays qui accueillait (…) Si on vient en France, on accepte de se fondre dans une seule communauté, la communauté nationale. Si on n’accepte pas cela, on ne vient pas en France« (…)« Nos compatriotes musulmans doivent pouvoir pratiquer leur religion (…) mais il ne peut s’agir que d’un islam de France et non pas d’un islam en France« ( …)

Comme le suggère Samuel Huntington, père de la théorie du « choc des civilisations » certains peuvent  estimer que  la religion est le fondement de toute civilisation et de sa culture. L’identité nationale, matrice d’une communauté nationale  devient  alors inséparable d’un « héritage religieux national »  d’un passé historique religieux aux repères identitaires . Mais si nous n’y prenons garde , un tel positionnement peut servir  à stigmatiser  le fait religieux nouveau que constitue le phénomène de la pratique de l’Islam en France  par une communauté musulmane présente et devenue visible  sur le territoire national .

Que faire ? Revenons à nos fondamentaux de vie publique .

Si la République est une et indivisible c’est pour défendre la démocratie et les exigences démocratiques de la socièté française exluent le racisme sous toutes ses formes . Mieux la forme républicaine de la démocratie française garantie par la Constitution,  interdit toute atteinte à l’ordre politique laïque. Celui-ci  postule la diversité culturelle et religieuse . En conséquence de quoi, tous les pratiquants d’une religion sont égaux devant la loi .  C’est dire que rendre justice à cette égalité  est le seul principe qui vaille en République.  C’est un principe supérieur qui valide en même temps le multiculturalisme et la citoyenneté dans un processus de création continue démocratique qui n »exclut ni l »un ni l »autre.

Pour répondre à la question de l’échec du multiculturalisme posé par la parole présidentielle, on serait tenté de dire qu’il ne suffit pas pour être dédouané de la responsabilité de l’échec du multiculturalisme de changer les règles du jeu : il convient d’en   rechercher  les causes . Qu’est ce qui fait obstacle au mélange des cultures ? que signifie  la montée d’un communautarisme national ou l’idée d’un héritage religieux national ?   Qu’est-ce qui facilite l’expression des thèses racistes de l’extrême droite xénophobe ?

Parmi les causes, sans doute la crise de la démocratie  et une absence totale d’ambition républicaine porteuse du projet démocratique à la française issu de l’esprit des Lumières et de la Révolution.

N Sarkozy après avoir eu tort de créer le ministère de l’Identité nationale, a eu raison de le supprimer mais attention aux enseignements de la sagesse populaire  » chassez le naturel et il revient au galop « 

SOURCES

LM du 27/02/11 : l’échec du multiculturalisme, ou de N Sarkozy

LM du 1/03/11 : A quels problèmes se heurte la pratique de l’Islam en FRANCE

Blog politique de JL Melenchon où est developpé l’idée selon laquelle l’ordre politique laïque qui est le nôtre est fondé à ne délibérer que sur ce qui est commun et non sur les différences

MISE A JOUR du 3/03/11 :

Bingo, le naturel revient au triple galop !!! Voir le discours de N Sarkozy au Puy en Velay consacré à l’héritage patrimonial de la France, un  héritage chrétien  qu’il célèbre et qu’il assume au nom de la France dans les  termes suivants .

« La chrétienté , dit-il , nous a laissé un magnifique héritage de civilisation « . Il ajoute , » Président d’une République laïque je peux le dire car c’est la vérité (…) Cet héritage c’est une chance , c’est d’abord un devoir(…) nous devons le transmettre aux générations et nous devons l’assumer sans complexe et sans fausse pudeur(…) conserver et restaurer cet héritage , une mission à laquelle l’Etat ne peut et ne doit se dérober »  Site Elysée

RAPPEL:

Le Président Sarkozy en visite chez Benoit XVI Discours au Latran Rome le 20/12/07 Site Elysée

Hervé MORIN, avocat de la défense d'Horte… feux sur les Roms

MORIN HerveInterrogé sur les tensions entre la France et la commission européenne sur le dossier des Roms, M. Morin parle d’ »une séquence malheureuse pour l’Europe dont on aurait pu se passer »  « D’un côté, une circulaire administrative mal rédigée et aussitôt corrigée par le ministre. De l’autre, le propos outrancier d’une commissaire européenne, également corrigé dès le lendemain. Il reste que l’expulsion pour des personnes séjournant plus de trois mois sur le territoire national sans justifier de ressources suffisantes n’est rien d’autre que la mise en oeuvre pure et simple des textes européens »dit-il

Hervé Morin, c’est le chef de file du Nouveau Centre,  celui  qui disait ce que penseait Bayrou à l’époque où il était son lieutenant et qui fait aujourd’hui ce que dit Sarkozy aprés sa nomination trahison au gouvernement  comme ministre de la défense .  Certes il loupe des marchés d’armement  mais pour sa défense  il a fait semblant de connaître  le droit européen , conformément à ce qu’on attendait de lui sur la question des Roms . Il répète, en fait,  ce que dit la majorité UMP aux ordres … Le droit européen a été respecté alors que sur ce dossier les autorités les plus compétentes en Europe et ailleurs émettent quelques réserves, dont notre ministre n’a cure . Comme le laisse entendre son ami de l’Intérieur  Brice Hortefeux , est ce que la France est un terrain vague ? La réponse est non et il faut agir en conséquence,  et de concert , concert dont le chef d’orchestre élyséen a lu la partition lors de son discours de Grenoble en visant les campements illégaux, les roms et la délinquance.

Sans doute Hervé Morin n’a-t-il pas suffisamment prêté attention à l’entrée en vigueur le 1/12/09 du traité de Lisbonne qui donne force contraignante à la charte européenne des droits fondamentaux dont l’article 19 dispose que  « les expulsions collectives sont interdites » dés lors qu’elles concernent des populations caractérisées par une appartenance à une ethnie.

ROMSNotre ministre, UDF dans l’âme et donc européen convaincu, devrait savoir que chaque fois qu’il est question de l’Europe, il est nécessaire de faire un brin d’histoire, tant  il est vrai que la connaissance du passé sert à la compréhension du monde présent, et que le monde présent sert à la perception de l’avenir : c’est indispensable pour un ministre de la défense et le cas échéant de la guerre . Pour ce qui concerne la question des Roms,  les spécialistes en politique nous apprennent  « qu’ ils constituent le pire cas subsistant en Europe d’exclusion sociale et de discrimination fondée sur des critères ethniques et que stigmatiser un groupe ethnique , le présenter comme collectivement menaçant pour la société , c’est l’inverse même du respect des droits de l’homme « 

Les instructions ministérielles de rafler les roms sont devenues  dans la bouche du Ministre de la défense  « une circulaire administrative mal rédigée » , un cadeau pour le premier ministre  … Hortefeux, l’homme de confiance de Sarkozy. On ne sait jamais lorsqu’un remaniement ministériel approche …!!!