Archives pour la catégorie Artistes

artistes via les thèmes :culture, cinéma, théâtre, danse, musique, photographie, tauromachie

Polémique sur le dessin de Luz en couverture du nouveau Charlie Hebdo paru après l’attentat de Paris

707192-une-charlie-png.jpg

 

Tiré à 5 millions d’exemplaires le nouveau numéro de Charlie Hebdo  paru le 14/01/2015 suscite une large réprobation dans le monde musulman, même si la tuerie de Charlie Hebdo au nom d’un islamisme  fondamentaliste  est condamnable pour la plupart.

Certains pays au Maghreb occidental, en Afrique noire, au Moyen Orient, en Asie , agités aussi par l’islamisme radical et fondamentaliste , ont désapprouvé  la dernière publication de l’hebdomadaire dont l’image de couverture à la Une est reproduite  ci contre . On s’est bien rendu compte, lorsque la religion musulmane est mise en cause, à travers  des caricatures de Mahomet , que cela passe pour la plupart des religieux ( y compris le pâpe, chef de la chrétienté, victime lui aussi en d’autres temps de Charlie Hebdo  )   comme une insulte à la foi des musulmans . Dans ces circonstances la tradition provocatrice de Charlie Hebdo contre les religions lui colle à la peau   et désigne ses humoristes caricaturistes comme ceux  par qui le blasphème arrive : la fatwa n’est pas loin . Pour preuve …

En Egypte, les autorités religieuses  au nom de l’islam sunnite ,de la Mosquée Al Azhar basée au Caire , critiquent la « une  » de l’hebdomaire représentant , selon elles , Mahomet la larme à l’oeil , » image risquant d’attiser la haine » ( LM du 15/01/2015); L’Union mondiale des savants musulmans , par la voix de Youssef Al Qaradawi , éminence grise des Frères musulmans, estime que les dessins de Charlie ne font que « donner de la credibilité à la thèse selon laquelle l’Occident est contre l’Islam »  Le président egyptien Abdel Fattah Al Sissi a autorisé la censure des publications étrangères jugées offensantes pour la religion.

En Turquie  le premier ministre Ahmet Davutoglu  a dénoncé une  » grave provocation de Charlie Hebdo » au motif que la liberté de la presse ne signifie pas la liberté d’insulter .  Tourner en dérision la religion musulmane et le prophète Mahomet est une atteinte blasphématoire intolérable dans ce pays qui reste  attaché au droit musulman. La Turquie, qui ne répond pas au standard démocratique de l’ Europe,  n’est pas prête d’intégrer l’Union européenne .

Au  Maroc, en Algérie la parution du dernier numéro de Charli Hebdo ou sa reprise par d’autres journaux semble avoir provoqué également , dans ces pays anciennement colonisés par la France , des réactions hostiles à l’hebdomadaire satirique dans  la classe politique ou l’opinion publique. Que les terroristes ayant assassiné les dessinateurs de Charlie Hebdo soient français d’origine algérienne n’est pas anodin et cette circonstance  doit sans doute être mis en lumière dans l’explication des crimes qu’ils ont commis .

En Iran , le gouvernement  en la personne de son ministre des affaires etrangeres Marziyeh Afkham a fustigé les abus de la liberté d’expression en occident et condamné la publication de la « caricature insultante envers le prophète de l’Islam » du numéro paru le 14/01/2015 . On sait que l’Iran est le pays de droit musulman par excellence ayant placé à la tête de l’Etat un guide suprême  garantissant la suprêmatie des dogmes religieux de l’Islam.

En Mauritanie et au Sénégal plusieurs manifestations ont marqué l’opposition aux caricatures lorsqu’elles représentent ou semblent représenter le prophète Au Niger, des émeutes ont eu lieu avec le même prétexte et ont fait plusieurs morts.

Au Pakistan, des manifestants en nombre se sont réunis dans plusieurs grandes villes dont Karachi aux cris de «  Nous ne sommes pas Charlie , nous sommes Kouachi «  Ils ont exprimé leur colère contre la « Une » du dernier numéro de Charlie Hebdo  et brulé des effigie des dessinateurs de l’hebdomadaire satirique selon le journal LM du 18/01/2015

+++++++++++++++++++

Comment décoder le dessin de Luz, à la « une  » de Charlie hebdo » paru  ce mercredi 14/01/2015 , après l’assassinat à la kalachnikov le 7 janvier à Paris au siège du journal satirique de ses principaux animateurs ( Cabu , Wolinsky et les autres)  et le deuil qui leur a été rendu dans toute la France  le 11/01/2015 lors de manifestations  ayant rassemblé prés de 4 millions de français incarnant une conscience démocratique et civique choquée par la barbarie de la tuerie et l’atteinte à la liberté d’expression et son corollaire accepté par notre droit , la satire , l’humour et la caricature . 

+++++++++++++++++++

Les sémiologues ne manqueront pas de se livrer à l’analyse de l’image . Est -elle une caricature ? Ils feront le distinguo habituel entre le signifiant ( ce que je dessine, ce que j’écris , ce que je dis) et le signifié ( le faisceau de significations plus ou moins cohérentes , paradoxales ou contradictoires qui se dégagent de l’image, de l’écrit ou de la parole )  Toujours un écart entre les deux …( ce que vous comprenez n’est pas nécessairement ce que j’ai voulu dire ou ce que j’ai dit )

Venons en à la fameuse couverture .

La couleur verte est en arrière plan . On peut constater que le vert est utilisé par la tradition et la religion islamiste ( drapeaux par exemple)(*)

Le personnage central a la larme à l’oeil : il tient une pancarte où est inscrit  » je suis Charlie » Sa tenue vestimentaire ( turban et djellaba ) rappelle l’habillement traditionnel musulman et rien ne permet d’affirmer que c’est le prophète Mahomet en personne qui est représenté . Cela n’a pas empêché les manifestants de part le monde et les médias de désigner le personnage central du dessin de Luz comme Mahomet, le Dieu Mahomet .  Luz,  lui -même , la veille de la  parution du nouveau Charlie ,  explique son dessin au journal Les Echos en précisant «  « Notre Mahomet est un homme qui pleure » . Il ajoute à l’ambiguité : qu’est ce que le dessinateur a voulu dire ou exprimer ? Paradoxalement rien n’interdit de penser  que le personnage central est un quidam , de confession musulmane qui pleure et qui a de la peine en brandissant l’écriteau  » je suis Charlie » dans une pensée émue pour les journalistes assassinés.Et si le « notre Mahomet » dans la bouche de Luz, s’entendait plutôt comme   » Nos Mahomet » :  le dessin  viserait plutôt que le prophète interdit de représentation impie,  tous ceux qui  croient en Mahomet qu’il s’agirait d’imaginer , aprés les tueries , en Pro- Charlie . Une prise à témoin non pas du Dieu musulman mais du peuple musulman face aux événements tragiques .

Vient ensuite le texte  » Tout est pardonné «  inscrit en dessus du personnage , inséré entre sa tête et le bandeau supérieur de l’hebdomadaire Charlie Hebdo où est rajouté la mention  » journal irresponsable » Un flux de significations peut nous envahir dans l’interaction des deux expressions , l’une contenant le mot « pardon » , l’autre le mot « responsabilité »Une  vendetta exécutée à la kalachnikov, à la façon maffieuse , c’est ce qu’on retient de la tuerie , n’est-il pas vrai ? Comment voir autrement cet attentat commis par deux illuminés aux cris, selon les témoignages rapportés par la presse ( LM 17/01/2015) de  » Allah est grand »  » on a tué Charlie , le Prophète est vengé »  L’offense , s’il y a eu offense , a été lavée dans le sang . Lourd tribut pour la presse satirique ! Où se niche l’irresponsabilité revendiquée par le journal ?  La liberté d’expression qui finit ainsi, ne  signe t-elle pas des temps d’une noirceur absolue .Tout est pardonné, rien n’est pardonné, les deux faces d’une même réalité : il ne faudrait pas que la larme à l’oeil dessinée par Luz  sur  » son Mahomet » soit une larme de crocodile .

Cette tentative d’analyse et de décryptage  admet évidemment la double réserve du sémiologue , spécialiste de l’analyse de l’image ( Gérard Bastide ) qui fort opportunément rappelle

-d’une part que le dessinateur ( ou tout autre auteur) ne saurait épuiser  » tous les sens qu’il entend donner à son oeuvre »

- d’autre part que le lecteur ( votre serviteur par exemple) peut se tromper , voire détourner ou dévoyer le message lorsqu’il aura été délivré  avec plein de « signifiés » contradictoires. Est ce le cas du dessin de LUZ.?

Pour trancher , on ne peut s’empêcher d’aller voir  ce qui se passe du coté du  pays où la liberté de la presse est magnifiée, les   Etats Unis .

Les médias  américains , dans une société américaine où les religions conservent une influence considérable , ( God save America ) ont tendance de façon majoritaire à ne pas publier  ce qui   » est destiné délibérément  à heurter les sensibilités religieuses  » Cependant Martin Baron, le directeur du Washington Post  devait revenir sur cette ligne en publiant la couverture dessinée par Luz, qui n’entrait pas selon lui dans la catégorie  » de ce qui est précisément, délibérément ou inutilement offensant pour des membres de groupes religieux «  La médiatrice du New York Times Mme Margaret Sullivan osait même critiquer la ligne interne de son journal en estimant que le dessin publié le mercredi 14/01/2015 par le nouveau numéro de Charlie Hebdo n’était  » ni choquant, ni gratuitement offensant  » et qu’il avait  » sans aucun doute une valeur significative d’information « . Laquelle ?

Après les tueries , il n’est pas offensant d’appeler à la tolérance les plus irréductibles et la couleur verte du tableau ( *bis) deviendrait alors  celle  de l’espoir,  l’espoir du futur assurément et la République française en a bien besoin par les temps qui courent.

 (*)( *bis) 20/02/2015:  on m’a rapporté que la couleur verte était utilisée en contraste  avec le désert et l’absence de verdure de ces territoires .

 » Moi aussi , Je suis Charlie »

C’est le titre de  la chanson qu’ un jeune musicien a mis en ligne ( ICI sur you tube) en empruntant un air de musique du chanteur  RENAUD,  à la suite de l’émotion soulevée par l’attentat meurtrier contre le journal Charlie HEBDO   avant l’épilogue sanglant de l’ arrestation de ses auteurs présumés les frères KOUACHI .

Le  peuple n’aura pas à les juger . L’action publique engagée contre eux au titre des crimes commis s’est éteinte avec leur mort .

Les frères KOUACHI , qui avaient pu prendre la fuite  après leur forfait et les fusillades en plein coeur de Paris dans un quartier qui n’a pu être bouclé à temps par l’appareil de sécurité policier, ont été identifiés fort opportunément, puis recherchés et retrouvés dans les 48 heures qui ont suivi. Ils  ont été tués par les forces d’intervention  alors que, repérés ils s’étaient retranchés dans une imprimerie à Dammartin en Goele ( seine et marne) et résistaient avec armes à leur arrestation.Un haut fonctionnaire de la police a pu souligner( LM 11/01/2015) leur haut niveau de détermination doublée  » d’une démarche totalement sacrificielle »

Les frères KOUACHI, agés d’une trentaine d’années sont des français d’origine algérienne:  il conviendra, à défaut de procès pour juger de leurs crimes, de se pencher sur leur ‘histoire familiale et de s’interroger sur le ratage du processus d’intégration qui a été le leur . Ils étaient manifestement entrainés au Djihad, entendu comme un combat armé d’origine religieuse, une  pratique qui a pu inspirer leur comportement terroriste et meurtrier visant la direction de Charlie Hebdo, journal menacé depuis les caricatures de Mahomet dessinées et publiées en 2006 au Danemark et reprises à son compte  .

 

2014 Montreal en hiver

Une rue de Montreal sous la neige hiver 2014

Une rue de Montreal sous la neige hiver 2014

Le fiston vient de m’envoyer une photo de son coin de vie . Malgré les ingrédients contraires au caractere méditerranéen( absence de soleil ) ça manque pas de charme . lol )

matthieu montreal 2

24h plus tard

Cliquez sur les photos elle s’aggrandissent

Charles PASI : un grand espoir du blues

20150123CHARLESPASI_110
Auteur compositeur , guitariste , harmoniciste et interprète  Charles PASI né à Paris n’a pas la trentaine : c’est un excellent musicien en plus d’être un crooner moderne avec une voix éraillée délicatement bluesy . Il est devenu en peu de temps un grand espoir du blues avec des détours rock, pop et funk à ravir les amoureux  du blues et du jazz comme dans son dernier album , écoutez   » A man I Know » .
2_141478_0
Avec une allure  à la James Dean , il sait en plus  jouer excellement de l’harmonica . Invité chez Nagui, hier sur France Inter , il a offert en live un mélange de chansons de Mickael Jackson jouées à l’harmonica … énorme
Superbe concert en Italie  en mars 2013 ( son père est italien ) album Uncaged

Sûr que j’irai volontiers le voir en concert : il passe à Arles le 23 janvier 2015 ICI , histoire de bien commencer l’année, je vais reserver.

INITIATIVE CITOYENNE : financer un film sur la beauté et l’harmonie, une urgence écologique

libres

« Libres  » est le titre du film réalisé par  le cinéaste Jean Paul JAUD   comme une urgence environnementale et co produit avec son épouse Béatrice . Il leur manque 200 000 euros pour mener à bien leur projet de distribution  et être au RDV de la « Conférence Climat 2015  » qui se tiendra à Paris en  décembre 2015. Pour ce faire , ils font appel à la finance participative et solidaire .

Pour financer le film RDV http://jefinance.libres-lefilm.com

 

En cliquant sur l’image vous tombez sur  une courte vidéo de Jean Paul et Béatrice qui nous expliquent les ressorts de cette initiative  et l’histoire du film : un film documentaire sur les enjeux écologiques planétaires, en balance   la folie qui hypothèque  l’avenir des enfants , et la musique comme fil conducteur qui les lie et les rapproche  dans un lien universel et fraternel .

Psaume du grec Psalmos

GUITARISTE Les psaumes sont essentiellement une prière chantée. Le mot “psaume” vient d’un mot grec « psalmos » qui désigne l’action de faire vibrer ou pincer la corde d’un instrument de musique, autrement dit un instrument à cordes lequel  idéalement accompagne le chant sacré . Donc apprenti guitariste,  j’apprends à « psaumatiser »  Allo quoi ? on verra plus tard pour la liturgie .

Le soleil s’est éteint…il faut le rallumer

C’est la photo gagnante  du World Press Photo 2014 : « Signal  » de John Stanmeyer ( USA) Sur une plage de Djibouti, des migrants africains tentent de capter une dernière fois un réseau téléphonique de la Somalie voisine.

APTOPIX Netherlands World Press Photo

Le thème du concours portait sur  les problèmes contemporains .Cette photo, récompensée, illustre le thème choisi , celui de l’immigration , sans doute un des  problème contemporains le plus préoccupant dans le monde et notamment en Europe confrontée aux flux migratoires économiques à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières .
Depuis que la prospérité est en berne , que la récession a montré le bout de son nez , la polémique sur la liberté de circulation intra européenne prend  de l’ampleur : le rejet britannique des immigrés polonais après les avoir invités à venir travailler chez eux , la récente votation suisse(*) par référendum  contre l’immigration massive et contre les  travailleurs européens , la campagne anti Schengen ( restauration des  contrôles aux frontières ) par Nicolas Sarkozy en 2012 lors des présidentielles,  la stigmatisation des Roms par l’extrême droite . 
Le principe de la liberté de circulation  est un principe fondateur de l’Union Européenne , c’est un principe ancien et le moins discuté : c’est sur ce principe que la paix s’est construite entre les pays européens qui venaient de se livrer à une guerre fratricide poussés par l’idéologie national socialiste fondamentalement xénophobe .
C’est pourquoi les restrictions à la liberté de circulation sont dangereuses pour le projet économique européen . Ce projet , il faut bien l’admettre, a du plomb dans l’aile depuis la faillite du système bancaire et financier qui met a rude épreuve les peuples  européens .
Marché unique , monnaie unique , vont de pair avec l’égale liberté de chacun de trouver à s’employer  où bon lui semble .C’est dans la régulation politique du développement économique et social du continent européen qu’il convient de chercher la voie de sortie de crise.
Sortir de l’idée européenne, comme le prônent les populistes de l’extrême droite en Europe, c’est se priver du soleil européen . A Kiev , les pro européens payent de leur vie leur volonté de vivre dans un Etat de droit qui garantisse les libertés fondamentales de la démocratie européenne . A la veille des élections européennes en Europe , l’insurrection des Ukrainiens contre leur gouvernement ( pro-russe) prend toute sa signification
(*) La Suisse ne fait pas partie de l’Union européenne, elle n’en demeure pas moins , comme premier paradis fiscal, un centre attractif de l’Europe financière . Ses gouvernements successifs  ont su  intégrer l’ Europe par des accords bilatéraux comme ceux de Schengen .