Archives pour la catégorie Vidéopost

vidéothèque

Mediacratie, enquête de Aude Lancelin ( 12/04/2018 Vraiment politique-Le Média)

l’émission commence à l’indice 21.30

Invités de l’émission:

Paul Moreira , grand reporter, journaliste d’investigation, coresponsable du collectif « Informer n’est pas un délit » ( ed chez Calmann- Levy)

Henri Maler , Professeur de Sciences politiques à Paris , fondateur de Acrimed, coauteur avec Sege Halimi de l’ouvrage  » l’opinion ça se travaille  »

Henri Guaino, ex député des Yvelines , conseiller spécial et porte plume de N sarkozy

Divina Frau-Meigs, professeure en Sciences de l’information et de la Communication , membre de la commission de réflexion de l’UE sur les « fake news »

Patrick Champagne ,sociologue ,ex collaborateur de C Bourdieux ovrages  » faire l’opinion » et  » le couple dépendance  »

Commentaires :

 

,Le sacrifice du gendarme Beltrame pour une idée de l’homme au service de la France

beltrame

Le vendredi 23 mars 2018 , Radouane Beltrame , un jeune homme de 25 ans ans né  au Maroc en 1992 s’était retranché dans un magasin super U de Trébes aprés avoir abattu un automobiliste pour lui voler son véhicule . Rendu dans le super marché , il abattait deux autres personnes puis donnait la mort à l’officier supérieur de la Gendarmerie le Lieutenant colonel Arnaud Beltrame  qui s’était livré en échange de la  caissière prénommée Julie, prise en otage par le terroriste . Ce dernier était abattu à son tour  par les forces d’intervention qui mettaient fin à son  périple de meurtrier qu’il avait prémédité. Il se réclamait du djihad islamiste mené par le groupe Daech ( EI Etat islamiste) lequel a revendiqué l’attentat.

Radouane Beltrame vivait chez ses parents, il avait bénéficié de la nationalité française à l’age de 12 ans, à la suite de la naturalisation de son père. Il était connu défavorablement des services de police et fiché pour sa radicalisation dans la mouvance djihadiste.Il était sans emploi et fréquentait une jeune femme de 18 ans impliquée dans la même mouvance.

Le lieutenant colonel Bel tr ame , était agé de 45 ans marié et père de deux enfants, aujourd’hui orphelins de leur père. Il avait opté , au plan professionnel, pour une carrière militaire et passait avec brio ses examens sortant chaque fois  major de sa promotion . Il était connu pour son courage sur le terrain et avait été décoré de la Croix de la Valeur Militaire . A la suite des événements tragiques de Trébes il était nommé au rang de Commandeur de la Légion d’Honneur.

Sa mort a donné lieu à de vibrants hommages à l’homme qu’il était, et à son  sacrifice et le Président de la République, chef de l’Etat français  s’est incliné sur sa dépouille, marquant ainsi le respect de la République et du peuple pour son fils tué au champ d’honneur.

Depuis l’hémicycle, Mélenchon n’a pas failli à sa réputation d’humaniste  et à l’amour de sa patrie républicaine , il a salué en Arnaud Beltrame  » un héros de la condition humaine « qui a « remis le monde humain en ordre » en offrant sa vie pour sauver celle d’autrui. Il s’est élevé contre ces forces qui tendent à « abolir la norme humaine » qui est faite de raison, de compassion, de don de soi .

J’ajoute un texte de mon ami Jean Marie Baurens édité dans le Journal LM du 29 mars 2018 : avec des mots ciselés dans l’histoire de la radicalité religieuse il rend hommage à cette belle âme où se sont trouvés réunis l’esprit maçonnique et religieux ayant concouru sans doute au geste héroïque de celui qui la nourrissait.

 » Rappelé par Le Monde, il était franc-Maçon et catholique à la fois. Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame se voulait fidèle simultanément à ces deux courants de pensée. Franc vient de free, signifiant libre en Anglais, l’Angleterre étant le pays qui a donné naissance aux Free Masons à la fin du Moyen-âge. Dès lors à nos esprits cartésiens vient la question : Comment la libre pensée peut-elle être associée aux injonctions religieuses ? Là encore l’Histoire nous aide à comprendre la logique cachée sous ces deux antinomies apparentes. Ou tout au moins pourra-t-on espérer entrevoir ce lien au travers de la gestation historique de leur rapprochement. Dès le XVIIIè siècle, les églises protestantes se montrent plutôt favorables à la franc-maçonnerie. Par contre, le pape Clément XII en 1738 la déclare simplement « suspecte d’hérésie ». Peut-être avant tout par réflexe d’autodéfense. Il faut savoir néanmoins qu’ à cette époque la franc-maçonnerie ne remet pas directement en cause les croyances en Dieu ni même la justification des églises. La Loge s’avance prudemment par un déisme simplifié, celui du « Grand Architecte ». Le pape aurait-il alors senti venir la progression des prémices du rationalisme des Lumières et donc, en fin politique, aurait-il opté pour une condamnation empreinte de retenue ? Peut-être savait-il en effet que beaucoup d’ecclésiastiques avaient adhéré à l’Ordre. Au XIX è siècle l’opposition se radicalise entre catholiques et francs-maçons, mais moins pour des raisons idéologiques que politiques. Les intransigeances de la Révolution et notamment celles de la conception de l’Etre Suprême une fois dépassées, la Franc-maçonnerie républicaine ciblera en priorité le cléricalisme. Après une accalmie momentanée voulue par Napoléon III qui accorde protection au Grand Orient, la III è République voit donc dans les loges une concurrence politique potentiellement trop influente. Pourtant de son côté la Grande Loge devient en un sens plus profane. Elle met en veilleuse le dogme de la croyance en Dieu et de l’immortalité de l’âme. Du coup, il fut logique que la maçonnerie se retrouvât aux côtés des partisans de l’école laïque en 1880 et de la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905. Du reste Léon Gambetta, Aristide Briand, Jules Ferry et Emile Combes n’étaient-ils pas des francs-maçons notoires ? On assiste ensuite à une résurgence paroxysmique mais fugitive de la méfiance réciproque Eglise-Franc-maçonnerie avec  l’Affaire Dreyfus. L’antisémitisme, encore un paramètre tristement d’actualité avec l’assassinat de Madame Knoll. La Franc-maçonnerie est alors accusée de diriger le pays d’une manière occulte, ce qui est une aberration puisque tout le monde est sensé le savoir, à tort ou à raison. Mais les choses évoluent positivement. Le Concile Vatican II se termine en 1965 sur le principe d’une tolérance mutuelle. Depuis, les deux sources d’inspiration ont presque simultanément convergées, par exemple sur le principe déclaratif de la condamnation de toute forme de discrimination. L’occasion leur sera donnée de le confirmer lors de la mission commune de médiation qui leur est confiée par le gouvernement en 1988 en Nouvelle Calédonie, autre sujet en lien avec l’actualité. La catholicité y avait ainsi rejoint la bienveillance protestante aux côtés du Grand Orient. Pas étonnant que la synthèse Eglise et Grande Loge ait pu s’effectuer dans cette belle âme du Lieutenant-colonel Beltrame. Ces deux antinomies initiales, maçonnique et religieuse, se sont ainsi tragiquement retrouvées unies face à ce terroriste, cet esprit délirant, quintessence d’un emballement religieux capable de surgir désormais à chaque carrefour de notre douce France. »

Naoto Kan, Premier Ministre japonais lors de la catasptrophe de Fukushima, nous parle

Les technocrates de tous poils, si vous les écoutez, vous bassinent de  leur conviction profonde qui est la suivante .Face à l’adversité, faites confiance en la technologie et aux progrès technologiques, ainsi qu’au  modèle de croissance qui est le nôtre( celui des sociétés développées) A propos de la question nucléaire, que n’a-t-on pas entendu cet anesthésiant de la pensée critique qui consiste à s’en remettre à ceux qui savent .

Eh bien soit  . Commençons alors par écouter ces hommes d’Etat, ces dirigeants qui ont du affronter sur leur sol  la situation d’urgence liée à une catastrophe nucléaire et le poids des décisions pour les  populations placées sous leur sauvegarde. Ils ne sont pas nombreux . Mélenchon a raison de rappeler que » deux hommes savent de quoi il s’agit (…). Mikhaïl Gorbatchev et Naoto Kan ».

Le premier était le président de l’Union Soviétique lors de la catastrophe de Tchernobyl , classé niveau 7 survenu le 26 avril 1986 en Ukraine. Certains historiens ne sont pas loin de penser  que cet accident nucléaire a compté dans le processus de démantèlement de l’Empire soviétique, tout comme dans l’expérience du pouvoir du Président Gorbatchev, soupçonné d’en avoir été le fossoyeur.

Le second était premier ministre du Japon lors de la catastrophe de Fukushima (11mars 2011), un accident nucléaire classé niveau 7 le plus élevé, combiné avec un tremblement de terre et un tsunami. Né en 1946 cet homme, physicien de formation et homme d’Etat de premier rang, issu du Parti Démocrate Japonais, a grandi au sein d’un pays dont la Nation a été la première et la seule marquée par le  feu nucléaire avec les bombardements de Hiroshima et Nagasaki  mettant fin au conflit armé avec les Etats Unis lors de la seconde guerre mondiale. Dans le règlement du conflit les japonais ont été interdits d’arme nucléaire , ils ont pu cependant développer sur leur territoire une industrie nucléaire de pointe dans la croyance qu’ils pouvaient en maitriser les dangers grâce à l’excellence de leur technologie et de leur appareil scientifique . C’est ce que croyait le premier ministre Naoto Kan  avant Fukushima. Il quitte ses fonctions le 26 août 2011 en se positionnant déjà  en faveur de la sortie totale du nucléaire. Son jugement est catégorique : l’homme ne maîtrise pas l’atome. Il s’élève contre la pensée dominante qui veut imposer l’image d’une société technologique à l’abri de toute  catastrophe nucléaire. En Europe , il a pu constater avec satisfaction que l’Allemagne d’Angela Merkel avait pris position, après Fukushima, contre l’industrie nucléaire.

2 mars 2018 Tokyo : Vidéo de l’ audition de Naoto Kan

13 mars 2018 conférence de presse à L’Assemblée Nationale invité par le groupe FI

Le 13 mars 2018, Invité par  le groupe parlementaire « La France insoumise » dans les locaux du Palais Bourbon, Naoto Kan Premier ministre japonais au moment de la catastrophe de Fukushima a tenu une conférence de presse au cours de laquelle il est venu témoigner de son expérience  à propos de l’accident nucléaire de Fukushima, qui a eu lieu sous son gouvernement, il en a explicité le déroulé et ses conséquences. Il a abordé aussi la question des énergies renouvelables et du mix énergétique. Il a fait part de ses craintes et de ses espoirs à travers le combat qu’il mène en faveur de l’abandon de l’énergie nucléaire dans le domaine militaire comme dans le domaine civil., les deux exploitations étant intimement liées .

https://youtu.be/8zkTj2Ut0To

  16 mars 2018 Billet de JL Mélenchon à propos du déjeuner de reception avec Naoto Kan

« J’ai déjeuné avec monsieur Naoto Kan, le Premier ministre du Japon au moment de l’accident de Fukushima. Mathilde Panot, députée insoumise du Val-de-Marne et animatrice de la campagne de « votation pour la sortie du nucléaire », nous avait réunis autour de cette table. Il y avait, avec les accompagnateurs du Premier ministre japonais et deux de mes collègues députés, Loïc Prudhomme, et Bénédicte Taurine insoumis de Gironde et de l’Ariège. Tout ce qui compte sur le sujet s’est dit dans la conférence de presse du groupe insoumis à l’assemblée et je me fais un devoir de vous donner le lien pour y revenir si vous souhaitez aller plus avant dans la compréhension de l’accident de Fukushima.(..)

Mais Naoto Kan avait eu son effet. Je le scrutais pendant la conversation. Je le scrutais du regard tant que je pouvais pour vaincre ce foutu barrage de la langue et des cultures mimétiques pour deviner quelque chose du personnage et apprendre, passionnément. Car deux hommes savent de quoi il s’agit et seulement deux sur cette planète. Lui, et Mikhaïl Gorbatchev. Eux seuls deux ont eu sur les épaules le poids d’une telle situation quand il faut décider. Tout seul. Au milieu de gens qui s’affolent, d’experts qui ne sont pas d’accord, de gens qui mentent et d’autres qui cachent les informations. Seul avec des milliers de gens qui fuient et obstruent les routes, des directeurs qui refusent d’obéir et ouvrent leur parapluie personnel. Seul pour évaluer le rayon d’évacuation des populations sachant qu’à mesure que la catastrophe avançait, il s’élargissait de 30 à 50 puis 150 et 250 kilomètres jusqu’à inclure Tokyo. Des millions de gens à faire partir. Mais pour aller où et pour combien de temps ?

Au Japon, tout le monde pensait qu’un tel accident était impossible. C’est un miracle qu’il n’ait pas été deux fois pire quand on connaît le détail de l’histoire. Rien n’était donc sérieusement prévu car de toute façon on pensait que les exercices traditionnels d’évacuations anti-sismiques suffiraient à maitriser la population et ses réactions. Tout planta. Depuis le groupe électrogène amené sur place pour relancer le refroidissement qu’il était impossible de brancher sur la pompe ad hoc, jusqu’à l’évaluation sur l’état de fusion du cœur nucléaire et le risque de fusion sur le toit de la centrale avec les barres de carburant stockés dans une piscine qui n’était plus refroidie. Tout était planté car aucun plan traditionnel n’envisageait un rayon de 30 kilomètres d’évacuation de la population.(…)

Mais le 11 mars 2011, se déclenchait au large des côtes japonaises un séisme d’une magnitude exceptionnelle. Plusieurs heures après, un tsunami atteignait les côtes nippones. La vague atteignait par endroit 30 mètres de haut ! Le tsunami a coupé l’alimentation électrique du système de refroidissement des réacteurs. Il a aussi mis hors d’état de marche les groupes électrogènes de secours. Dès lors, les réacteurs n’étaient plus refroidis. Le combustible à l’intérieur de deux réacteurs est alors entré en fusion. L’augmentation de la température fit exploser du toit du réacteur et une bonne partie de l’enceinte de confinement. A partir de là se dégagèrent des fuites radioactives massives dans l’atmosphère. Dans l’urgence, et ne sachant que faire, il fut décidé de refroidir les réacteurs en fusion avec de l’eau de mer. Tout empira. Car il se trouve que le circuit ad hoc mis en place pour cette manœuvre souffrait de nombreuses fuites. Ainsi, de l’eau contaminée s’est largement répandue dans l’océan et les sous-sols. En avril 2011, les rejets d’eau contaminée furent 20 000 fois supérieur à la limite normalement autorisée annuellement. Aux dernières nouvelles, la solution pour éviter qu’une partie de l’eau contaminée ne s’infiltre dans les sous-sols et finisse dans l’océan pacifique n’a toujours pas été trouvée.

Le gouvernement japonais considère que 30 000 km2 ont été contaminés. Soit 8% de la surface totale de l’archipel japonais. Malgré cela, certaines zones rouvrent à la population qui souhaite y revenir. Greenpeace a récemment mesuré la radioactivité dans ces villes. Les niveaux de radiations y atteignent parfois 100 fois le niveau préconisé par la commission internationale de protection radiologique (CIPR). Les scientifiques de l’ONG considèrent qu’on n’y retrouvera pas un niveau de radiation normal avant les années 2050. Quant à la zone la plus proche de la centrale, toujours interdite, cela ne se produira pas avant le siècle prochain.

Les conséquences sur la santé humaine de tels niveaux de radioactivité sont aussi diverses que durables. Elles sont pour l’instant impossible à quantifier. Les cancers déclenchés par la radioactivité libérée au moment de l’accident peuvent se manifester jusqu’à soixante ans plus tard. Quoi qu’il en soit, le taux de mortalité des personnes âgées a été multiplié par 3 l’année suivant l’accident. Une augmentation du taux de mortalité infantile et d’anomalies de la thyroïde sur les nouveaux nés a été constatée jusqu’en Californie. La contamination océanique fut la plus importante jamais constatée. Avec les conséquences que l’on imagine sur les produits de la pêche.

À cette heure, la question même de la centrale de Fukushima n’est pas réglée. D’abord, personne ne sait que faire des 400 000 tonnes d’eau de mer utilisées pour refroidir continuellement les réacteurs jusqu’à ce jour et qui sont pour l’instant entreposés dans des cuves. Ou plutôt si : faute d’autre solution, le gouvernement japonais envisagerait de déverser cette eau dans l’océan pacifique. De même des 250 tonnes de combustibles nucléaires fondus dans les cuves. Pour le moment, les Japonais n’ont même pas réussi à localiser précisément ce magma. Il est pratiquement impossible d’introduire un robot ou une machine dans la cuve et de l’en faire sortir tant la radioactivité y est forte. Ainsi, il n’est pas possible de dire quand finiront les travaux de démantèlement de la centrale.

Je scrutais Naoto Kan assis en face de moi à table. J’essayais de m’imprégner de ce que cet homme contient en lui, qui lui a permis de tenir bon dans une telle épreuve. Aucun officiel français ne l’a jamais rencontré ni interrogé, aucun institut de recherche en sciences politiques, aucun ministre, président. Rien. Personne dans le pays le plus nucléarisé du monde ne s’est intéressé à ce que sa personne peut nous apprendre. Le type des basses besognes à l’Élysée qui passe son temps à s’occuper de nous n’a pas pensé une seconde à lui faire rencontrer Macron au moment où celui-ci doit prendre la décision du grand carénage pour relancer les vieilles centrales. Même juste pour aider cet homme, je parle de Macron, à se préparer au cas où il lui faudrait affronter quelque chose de cet ordre. La radio du pouvoir, France inter, s’est contenté d’un reportage minimaliste dans la ligne pseudo sarcastique du style fin de banquet pour ironiser sur le fait que Naoto Kan est devenu anti-nucléaire après avoir été très pronucléaire.(…) »

Autres documentaires videos

  2,3,4 novembre 2017 message adressé par Naoto Kan au Forum Social International anti nucléaire à Paris

Janvier 2015 interview mené par Hervé Kempt   à consulter imperativement. https://www.youtube.com/watch?v=Oii6OkVBLcQ et https://youtu.be/Pa0z5HTNlho

 31 mars 2011 Visite et discours de N Sarkosy à la Nation japonaise comme Président de la République Française et Président du G20 et G8 . « La France a fait le choix de l’énergie nucléaire  » comprendre la sortie du nucléaire n’est pas à l’ordre du jour et Naoto Kan sait à quoi s’en tenir avec la France dont les lobbies pro nucléaires sont en première ligne .C’était en 2011….

« NIMES METROPLE s’est fait avoir « :

C’est l’opinion développée par le conseiller communautaire François Séguy ( Parti de Gauche -France Insoumise)au sortir de l’audience du 13 février 2018 devant tribunal administratif . Il a demandé à cette juridiction  l’annulation de délibérations du conseil communautaire et celle d’une transaction passée avec le Crédit Foncier de France qui avalisait l’option de payer une IRA ( Indemnité de remboursement anticipé ) pour sortir du piège d’un emprunt toxique signé par la communauté d’agglomération de Nîmes Métropole sur les conseils  » avisés » de l’établissement de Crédit.

France 3  était présente à l’audience
https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/gard/nimes/nimes-emprunts-toxiques-devant-tribunal-administratif-1423465.html

Coralie Mollaret, journaliste à Objectif GARD a elle aussi interviewé François Seguyconcernant le « remboursement exorbitant » de l’ emprunt toxique sur le budget assainissement géré par la Communauté d’agglomération NImes Metropole et son Président actuel Yvan Lachaud 

Tatania c/ Jean Luc

Jean Luc Mélenchon, dans sa 54ieme revue de la semaine , publiée le 7 fevrier 2017, s’aventure sur un sujet délicat : l’antiparlementarisme primaire qui consiste à disqualifier les représentants de la Nation et à remettre en cause le fonctionnement de l’institution à laquelle ils appartiennent , ici l’ Assemblée Nationale .Politiquement nul n’ignore qu’il fait de la souveraineté populaire le principe premier de notre forme républicaine de gouvernement. C’est dire l’intérêt qu’il attache à la critique de ce principe et à ses dérivés, comme l’antiparlementarisme chevillé à notre histoire institutionnelle . Mais ses paroles ont  mal été reçues notamment par une polémiste jeune, habile et intelligente Tatania Ventose.

Celle -ci s’insurge avec quelques raisons , dans une vidéo publiée le 12 février, sur le coté « CGT des députés «  que semble avoir adopter Mélenchon dont la doctrine institutionnelle est pourtant anti-système. Ce sont bien les députés qui votent la loi, et c’est bien la loi qui définit cet ordre pourri , comme le qualifie volontiers JL Mélenchon au soutien  de son projet de 6 ieme République. Alors quoi ? Faut-il mettre sous le boisseau le ressenti des gens qui ne comprennent pas que ces privilégiés, à qui on confie le sort de la Nation, désertent l’hémicycle ou se contentent de servir de caisse enregistreuse aux désidérata d’un pouvoir exécutif, omniprésent quant à lui .

Force est de constater que chacun des deux est à sa place et tient le discours à l’endroit où il est, avec une logique qui lui est propre . . Le danger vient peut -être du style de l’exercice auquel se livre Mélenchon via ses revues hebdomadaires . Il est seul , sans contradicteur et cela l’incline à adopter trop souvent un ton badin, celui de la conversation qu’on peut tenir avec des potes, sans doute nécessaire pour décontracter l’atmosphère et supporter l’exercice … mais dés qu’il baisse la garde il se met en danger, or il est quelqu’un d’important et passe pour le tribun du peuple. Il y a déjà eu une première alerte sur la difficulté que représentent ces revues hebdomadaires sur l’actualité notamment avec le décès de Johnny, il convient d’y réfléchir car ces rendez vous sont de véritables rencontres avec l’homme d’Etat qu’est devenu JLuc Mélenchon. Il vient de nous livrer un discours sur l’Europe, et l’absence de peuple européen, à l’Assemblée Nationale qui a du en surprendre plus d’un.

Comment on:  » J Sanchez , maire FN de beaucaire ( Gard) sur les menus au porc servis dans les cantines scolaires

Aujourd’hui, entre autres facéties, M Sanchez refuse de servir dans sa cantine scolaire un repas de substitution aux enfants qui ne mangent pas du porc au motif que les familles de ces enfants de confession musulmane font entrer le fait religieux à l’école, et que c’est anti républicain. Il crée ainsi une polémique qui fait buzz dans les médias  mais plus sérieusement , face à la bêtise crasse de cette décision de l’ élu frontiste, on se demande si la république n’aurait pas intérêt à exiger des candidats aux élections un certificat d’aptitude républicaine.
Refuser un repas de substitution dans le cas d’espèce c’est un acte de discrimination, c’est un acte de soustraction volontaire de l’élu aux obligations de service public qui sont les siennes attachées au fonctionnement des  cantine scolaires mises à la disposition des enfants de la commune, enfants que la loi et la justice républicaine exigent de recevoir comme ils sont, et de les traiter de façon égale, c’est un acte qui porte atteinte à l’intérêt supérieur des enfants, un concept reconnu au plan international qui sert à protéger l’enfant  au delà des confessions et vicissitudes familiales et qui assure le respect de de ses droits . C’est çà la République française, une république qui commence par celle des enfants et le souci de leur bien être et de leur libre épanouissement.
On sait que la courtoisie, la maturité républicaine et la délicatesse n’ étouffent pas ces potentats locaux. Le drame c’est qu’ils sont élus et qu’ils ne méritent pas de porter la ceinture tricolore quand ils font passer des vessies pour des lanternes à des fins contraires à l’éthique républicaine.( Gard)https://www.youtube.com/watch?v=_IyqhwSsiJY
Le commentaire a été publié dans Objectif Gard le 19 janvier 2018 à la rubrique « Ca reste entre nous les indiscrétions de la semaine  » ICI http://www.objectifgard.com/2018/01/14/ca-reste-entre-nous-les-indiscretions-de-la-semaine-70/

L’avenir en commun, programme de la France Insoumise

Le programme de la France Insoumise, autant vous l’ annoncer tout de suite , ne passe pas par » l‘Américan way of life « , que ce modèle de société consumériste s’impose  soit comme un rêve soit comme une réalité de par le monde.

Antoine a décidé de présenter ce programme via des vidéos explicatives à partir du bouquin  » l’avenir en commun » distribué lors de dernières élections présidentielles et législatives de 2017

premiere video sur la construction de ce programme  ICI https://www.youtube.com/watch?v=n2E1IlgQ4fE&feature=youtu.be

a suivre